GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Aujourd'hui
Dimanche 25 Août
Lundi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Hong Kong: la police antiémeute a chargé les manifestants prodémocratie dans le quartier de Kwun Tong (journaliste AFP)
    • Spatial: le vaisseau «Soyouz» avec le premier robot humanoïde russe à son bord ne parvient pas à s'arrimer à l'ISS
    Moyen-Orient

    Irak: un chef tribal interpelle la communauté internationale

    media L’armée irakienne n’a pas pris le contrôle des villes de Ramadi (photo) et Falloujah, elle a perdu beaucoup de matériel et aurait perdu 1 000 hommes. REUTERS/Ali al-Mashhadani

    Cela fait quatre mois que l’armée irakienne combat dans la région d’Al-Anbar. Ali Hatem al-Doulaimi est l’un des chefs de tribus les plus puissants de cette région, qui avec d’autres a pris les armes contre l’armée irakienne.Il était à Amman pour rencontrer d’autres chefs de tribus et il souhaite appeler à un sursaut de la communauté internationale. Quatre mois après l’opération dite « anti-al-Qaïda », personne n’a gagné sur le terrain.

    Avec notre correspondante à Amman, Angélique Ferat

    L’armée irakienne n’a pas pris le contrôle des villes de Ramadi et Falloujah, elle a perdu beaucoup de matériel et aurait perdu 1 000 hommes. En face, ce n’est pas une armée régulière, mais 130 000 combattants tribaux, qui refusent l’intervention de ce gouvernement dans leur région : et quelques centaines de combattants d’al-Qaïda.

    Ils tiennent bon, mais les combats ont fait près d’un demi-million de déplacés et des centaines de morts. « Il y a eu des destructions importantes, les deux hôpitaux sont partiellement détruits et nous avons beaucoup de blesses, les médecins les soignent dans des maisons, ou ils peuvent, déclare Ali Hatem al-Doulaimi. Les combats ont fait 2 000 morts, mais nous avons beaucoup de blessés. Je suis venu en Jordanie pour voir les autres chefs tribaux. Nous devons trouver une solution pour aider les civils qui se sont réfugiés dans le désert. Il n y a pas d aide humanitaire qui puisse les atteindre ».

    → A (re)lire : Irak: Maliki promet 83 millions de dollars pour la province d'al-Anbar

    Des discussions sont en cours pour une sortie de crise. Le sheikh nie tout net, mais il a rencontré des émissaires de Nouri al Maliki en Jordanie. Les négociations ont échoué pour l’instant. Les tribus veulent en tout cas un retrait immédiat de l’armée irakienne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.