GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 19 Juillet
Mercredi 20 Juillet
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Israël: pour Tzipi Livni, les attaques anti-arabes sont le fait de «terroristes»

    media Tzipi Livni, ministre israélienne de la Justice. AFP

    La ministre de la Justice israélienne, Tzipi Livni, a appelé dimanche à traiter les exactions des colons et extrémistes juifs contre des Palestiniens ou Arabes israéliens comme des actes «terroristes», alors que depuis une semaine, les exactions des colons et extrémistes contre des Palestiniens ou Arabes israéliens se sont multipliées.

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

    Recrudescence des attaques racistes contre les Palestiniens et les Arabes israéliens, c'est particulièrement le cas depuis une semaine où les incidents de ce genre qualifiés de « prix à payer » se sont multipliés. Et cela a entraîné une réaction très forte de la part de la ministre de la Justice, Tzipi Livni, qui est également chargée de la négociation avec les Palestiniens, et qui appelle à traiter ces exactions comme des actes de terrorisme.

    Dans une interview à la radio militaire, Tzipi Livni affirme que les auteurs de ces attaques sont des terroristes qui cherchent à transformer la société israélienne en société où règne la haine. La ministre de la Justice a également annoncé la mise en place d'un plan d'action pour mettre un terme à ces incidents.

    Dans son rapport annuel sur le terrorisme, le département d'État américain a déploré récemment que les actes d'extrémistes israéliens « ne donnent pas lieu dans leur majorité à des poursuites judiciaire ». Carmi Gillon, un ancien chef du service de sécurité intérieure, le Shin Bet, a dénoncé pour sa part le refus des services de sécurité israéliens actuels de « traiter ces groupuscules juifs comme n'importe quel groupuscule terroriste ». « Au Shin Bet, l'expression "on ne peut pas" n'existe pas, c'est plutôt "on ne veut pas" », a-t-il notamment affirmé. Quoiqu'il en soit pour la première fois depuis des mois, plusieurs jeunes gens soupçonnés d’être responsables de ce genre d'incidents ont été interpellés.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.