GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    La Coalition nationale syrienne a désormais une ambassade à Washington

    media Rencontre entre le chef de la Coalition nationale syrienne Ahmad Jarba (g) et le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, à Paris, le 13 janvier 2014. REUTERS/Pablo Martinez

    Les Etats-Unis accordent le statut de représentation diplomatique étrangère aux bureaux de la Coalition nationale syrienne à Washington. Pour le département d’Etat, cette reconnaissance est une manière de montrer que la coalition est considérée comme le seul représentant légitime du peuple syrien.

    Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio

    La décision américaine est avant tout symbolique, mais cela permet à Washington d’affirmer publiquement son soutien à une opposition modérée en difficulté, alors que Bachar el-Assad gagne du terrain, et organise un scrutin présidentiel. Marie Harf, porte-parole département d’Etat. « Nous sommes heureux d’annoncer que le bureau de la coalition de l’opposition syrienne aux Etats-Unis est désormais une Mission diplomatique. Nous travaillons par ailleurs avec le Congrès afin de débloquer 27 millions de dollars supplémentaires en assistance non létale », a-t-elle déclaré, affirment qu'il s'agit là d'« une nouvelle étape » dans la reconnaissance par les Etats-UNIS du CNS comme « le représentant légitime du peuple syrien ».

    Pour Washington : pas d'avenir de la Syrie avec Bachar el-Assad

    Une nouvelle étape qui « ne lui confère pas le statut de gouvernement syrien », précise Marie Harf. Pour Washington, « c’est une manière de dire : ce sont les gens qui montrent leur investissement dans une solution diplomatique. Ils représentent l’opposition modérée, ils ont tenté de négocier avec le régime. C’est simplement une manière de formaliser cela. » Mariel Harf, insiste également sur le fait que Washington « n’envisage pas l’avenir de la Syrie avec le président Assad ». 

    →A (RE)LIRE : Les États-Unis ferment l’ambassade syrienne

    La coalition de l’opposition syrienne aura officiellement pignon sur rue aux Etats-Unis. Ce statut de « représentation diplomatique » lui permet, selon la loi américaine, d’assister à des réunions officielles, alors que l’ambassade de Syrie a été fermée, et les diplomates priés de quitter le territoire américain.

    Echec de Genève

    Cette décision symbolique des autorités américaines est aussi une manière de reconnaitre l’échec des négociations de Genève. On ne voit pas comment les parties en conflit en Syrie vont revenir à la table des négociations dans la situation actuelle. Le président de la coalition de l’opposition rencontrera John Kerry ce jeudi.

    →A (RE)LIRE : Syrie: «A Genève, l'opposition a tout perdu»

    Le secrétaire d’Etat a peu d’autres bonnes nouvelles à lui annoncer. Malgré ses nombreuses demandes, en effet, Ahmad Jarba n’a pas obtenu le soutien militaire souhaité, et il n’est toujours pas question de revenir sur cette décision. Le nouveau statut de son organisation lui aura peut-être mis du baume au cœur.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.