GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Cuba dénonce l'«expulsion injustifiée» par Washington de deux de ses diplomates (ministre des Affaires étrangères)
    Moyen-Orient

    Le Hezbollah hostile à la visite du patriarche maronite à Jérusalem

    media Le patriarche maronite d'Antioche et de tout l'Orient Bechara Boutros Raï à son arrivée à la Cité du Vatican le 11 mars 2013 pour participer au conclave qui élit le pape François. AFP PHOTO / JOHANNES EISELE

    La visite du patriarche maronite Béchara Boutros Raï à Jérusalem, où il doit rencontrer
    le pape François la semaine prochaine, pourrait avoir des « répercussions négatives », a averti ce vendredi le Hezbollah libanais. Cette visite en compagnie du souverain pontife, qui sera en Terre Sainte du 24 au 26 mai, suscite de vives critiques au Liban.
     

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    La loi autorisant des poursuites pour haute trahison contre les Libanais se rendant dans des territoires occupés par Israël n'est pas appliquée aux hommes et femmes de religion. Mais malgré cela, aucun patriarche maronite ne s'est rendu à Jérusalem depuis son occupation par les Israéliens, en 1967.

    La décision de Béchara Raï d'accompagner le pape François la semaine prochaine en Terre Sainte a provoqué une vive polémique au Liban. Ceux qui s'y opposent craignent qu'une telle visite ne provoque un précédent, qui encouragerait d'autres Libanais, chrétiens ou musulmans, à se rendre en pèlerinage à Jérusalem, via la Jordanie. Ceux qui défendent le patriarche y voient, au contraire, un soutien aux chrétiens afin qu'ils restent attachés à leur terre.

    L'annonce par le chef de l'Eglise maronite qu'il ne rencontrerait ou ne saluerait aucun responsable israélien n'a pas convaincu le Hezbollah. Allié du général Michel Aoun, principal leader chrétien du Liban, le parti de Hassan Nasrallah a évité de polémiquer avec l'Eglise maronite.

    Une délégation conduite par le chef du Conseil politique a rencontré ce vendredi Béchara Raï, pour lui transmettre son point de vue. Ibrahim Amine el-Sayyed, a affirmé avoir mis en garde le patriarche contre ce qu'il a appelé les « retombées négatives » de sa visite en Terre Sainte. Mais en dépit de ces conseils, il est peu probable que Béchara Raï revienne sur sa décision.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.