GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Oman: un ex-ministre condamné à trois ans de prison pour corruption

    media Le sultan Kabous a procédé, en février 2012, à un important remaniement ministériel, écartant notamment des ministres accusés de corruption. Reuters/Fadi Al-Assaad

    Un ancien ministre du sultanat d'Oman a été condamné à trois ans de prison et à une forte amende pour corruption. Une affaire sans précédent dans ce petit pays du Golfe. A la suite des événements du printemps arabe en 2011, les autorités omanaises avaient promis de sévir contre cette pratique.

    L'ancien ministre du Commerce a été jugé coupable par un tribunal de Mascate pour avoir accepté une commission pour attribuer un marché public, celui de la première phase d'extension de l'aéroport international de Mascate, selon le quotidien Oman Observer. Mohammed Ben Nasser al-Khusaïbi a été condamné à trois ans de prison et deux millions de dollars d’amende.

    En 2011, la vague de protestation traverse les pays arabes. Les peuples réclament plus de liberté, plus de justice sociale. Mais dans le paisible sultanat d’Oman, où le niveau de vie est très élevé, la population a une seule revendication : la lutte contre la corruption.

    Des manifestations sont organisées dans plusieurs villes. La population l’exige des autorités : elles doivent sévir contre les malversations qui gangrènent le pays.

    Le sultan Kabous répond à l’appel du peuple : il s’engage personnellement à mener bataille contre la corruption. Il a procédé en février 2012 à un important remaniement ministériel, écartant notamment des ministres accusés de corruption.

    Depuis, la justice omanaise est passée à l’acte à plusieurs reprises. Des dirigeants d’entreprises publiques, privées, des hommes d’affaires tombent, les un après les autres. Des peines de prison très sévères sont prononcées : jusqu’à dix-huit ans de réclusion.

    Mais en trois ans de lutte anticorruption, c’est la première fois qu’un haut fonctionnaire de l’Etat est épinglé.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.