GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: Damas reconnaît la mort d'un haut gradé

    media Damas reconnait la mort d'un haut gradé lors de violents combats entre la résistance et l'armée de Bachar el-Assad pour le contrôle d'un petit bastion au sud-est de la capitale. DR

    En Syrie, le régime a reconnu la mort de l’un de ses généraux dans les combats. Fait rare : en trois ans de conflit, c'est la première fois que Damas reconnait la mort d'un haut gradé. Une mort intervenue lors de violents combats entre la résistance et l'armée de Bachar el-Assad pour le contrôle d'un petit bastion au sud-est de la capitale.

    Mleiha est un bastion des rebelles au sud-est de Damas. L’armée syrienne et les miliciens du Hezbollah libanais avaient fait main basse sur cette position tout dernièrement, début mai, lors d'une offensive qui leur avait permis de chasser la résistance syrienne de Homs et des principales localités à la frontière avec le Liban.

    Ces dernières 24 heures, coup de théâtre : les rebelles parviennent à reprendre le contrôle de Mleiha. Et c'est à l'issue de ses combats que le général a péri. Mleiha abrite un quartier général de la défense aérienne des forces de Bachar el-Assad. Autrement dit, en ce moment les rebelles tiennent un arsenal conséquent même s'ils ne disposent ni d'avions ni d'hélicoptères.

    Rien ne dit que les rebelles tiendront infiniment cette position mais reste que la mort du général pourrait leur regonfler le moral. Pendant que les combats continuent dans la majeure partie du pays, le régime, imperturbable, continue d'appeler les gens à voter pour la présidentielle prévue le 3 juin prochain. Une farce macabre, affirme l'opposition. En raison de combats, près de la moitié des Syriens ne pourront voter, s’ils le veulent vraiment. La guerre en a fait des réfugiés, des déplacés. En fait, ce scrutin ne pourra se tenir que dans les zones contrôlées par le régime.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.