GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Nucléaire iranien: Téhéran ouvre ses dossiers à l’AIEA

    media La centrale à eau lourde d'Arak, à 360 km au sud-ouest de Téhéran, est l'un des points d'achoppements dans les négociations sur le dossier nucléaire iranien. REUTERS/Stringer/Files

    Pour la première fois depuis 6 ans, l'Iran s'ouvre à l'Agence internationale de l'énergie atomique et donne des informations sur l'avancée de son programme nucléaire. C'est ce qu'a souligné l'AIEA dans un rapport trimestriel.

    Il s'agit d'informations sur des essais avec des détonateurs nucléaires. Ces engins sont conçus selon l'Iran pour une application civile, mais pourraient être aussi utilisés à des fins militaires.

    L'Agence internationale de l'énergie atomique se réjouit de cette ouverture. C'est la première fois depuis 2008 que l'Iran procède à un échange technique sur l'éventuelle dimension militaire de son programme nucléaire. L'AIEA cherche en fait des preuves que l'Iran voulait jusqu'en 2003 et peut-être au-delà fabriquer une bombe atomique.

    → A (RE) LIRE : Nucléaire : l’Iran multiplie les gestes de bonne volonté

    Réduction des stocks d'uranium enrichi confirmée

    Autre information rapporté par l'Agence : l'Iran a réduit ses stocks d'uranium enrichi. Le gouvernement de Téhéran continue donc de respecter ses engagements à l'égard de la communauté internationale, conformément à ce que prévoit l'accord de Genève conclu fin 2013.

    Cet accord a ouvert la voie à des négociations entre l'Iran d'un côté et les Etats-Unis, la Chine, la France, l'Allemagne et la Russie de l'autre. Le gouvernement iranien doit apporter des garanties que son programme nucléaire est strictement pacifique. En contrepartie, les sanctions internationales qui frappent le pays depuis 2006 seront levées.

    → A (RE) LIRE : Nucléaire iranien : Hassan Rohani rappelle ses conditions

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.