GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Egypte: vague de colère après l’agression sexuelle de jeunes filles

    media Les jeunes filles ont été agressées sexuellement par un groupe d'hommes lors des célébrations pour l'investiture du président Abdel Fattah al-Sissi, place Tahrir, dimanche 8 juin au Caire. REUTERS/Asmaa Waguih

    En Egypte, la publication sur internet d’une vidéo montrant des jeunes filles agressées sexuellement près de la célèbre place Tahrir a provoqué une vague de colère dans tout le pays. Sur les images, on voit les jeunes femmes battues, blessées et déshabillées. Sept personnes ont été arrêtées par la police.

    « Exécutez-les ! » C’est la manchette de mardi du journal cairote indépendant Al Watan. Le journal, comme beaucoup de défenseurs des droits de la femme, considère que cette agression sexuelle est un viol pur et simple. Un crime qui, en Egypte, est puni par la peine capitale.

    Lundi, la cour d’assises de Charqiyah, dans l’est du Delta, a condamné à quinze années de prison un jeune homme coupable du viol d’un enfant. Le violeur, qui était âgé de 17 ans lors du crime, a écopé de la peine maximale pour les mineurs.

    Sur les médias sociaux, certains vont jusqu’à réclamer que les coupables soient « castrés publiquement sur la place Tahrir ». Les agressions sexuelles en réunion et sur les lieux publics ont commencé vers la fin du règne de l’ex-président Moubarak et ont explosé après sa destitution.

    L’affaiblissement de la police ou son désintérêt ainsi qu’un discours religieux fondamentaliste avaient favorisé l’extension du phénomène. On avait pu voir sur des chaînes de télévision islamistes ou sur internet des cheikhs qui allaient jusqu’à dire que les jeunes filles agressées « l’avaient cherché ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.