GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 13 Décembre
Samedi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Israël: élection d’un nouveau président pour succéder à Shimon Peres

    media Shimon Peres, à Oslo le 13 mai 2014. REUTERS/Hakon Mosvold Larsen/NTB Scanpix

    Le Parlement israélien, la Knesset, a commencé à voter, ce mardi à 8h (TU) pour élire un nouveau président pour succéder à Shimon Peres. Cinq candidats se présentent à cette importante élection, même si l'essentiel du pouvoir est détenu par le Premier ministre. Shimon Peres a en effet profité de son mandat de sept ans pour sortir la fonction de son rôle strictement honorifique. Les résultats sont attendus pour le début d'après-midi.

    Lorsqu'il débute son mandat en 2007, Shimon Peres sait déjà qu'il ne va pas se contenter du rôle strictement protocolaire dévolu en temps normal au président israélien. Prix Nobel de la Paix en 1994, plusieurs fois ministre et chef de gouvernement à trois reprises, il est l'un des derniers survivants d'une génération d'hommes politiques ayant connu la fondation de l'Etat d'Israël.

    Peres a su jouer de son aura

    Dès les premiers mois de son mandat, Shimon Peres profite de cette aura pour devenir l'une des voix les plus critiques, en Israël, face à Benjamin Netanyahu. Sur des dossiers aussi sensibles que le processus de paix, les relations avec les Etats-Unis et le programme nucléaire iranien, il n'hésite pas à prendre le contre-pied du chef du gouvernement allant jusqu'à l'accuser, le mois dernier, d'avoir fait capoter en 2011 un accord négocié secrètement avec les Palestiniens.

    Poignée de main entre les présidents israélien Shimon Peres (G) et palestinien Mahmoud Abbas sous l'oeil vigilant du pape François. Vatican, le 8 juin 2014. REUTERS/Max Rossi

    Dimanche dernier, c'est lui qui est invité au Vatican, pour suivre une prière commune avec le président palestinien Mahmoud Abbas. La carrière politique de Shimon Peres s'achève sur cette image de paix et de dialogue. Mais Shimon Peres devrait sans doute continuer à jouer un rôle en coulisse, au sein du centre-gauche israélien, alors qu’aujourd’hui son successeur doit être élu par le Parlement.

    Six candidats à sa succession

    Réouven Rivlin, Dalia Dorner, Meir Sheetrit, Dalia Itzik et Daniel Shechtman sont les cinq candidats au poste de président. Ils ont recueilli au préalable les signatures des dix députés indispensables à leur candidature déposée le 27 mai 2014. Après deux semaines de campagne, l’un d’eux sera élu président d’Israël aujourd’hui, mardi 10 juin. Il aura obtenu la majorité des voix des 120 députés de la Knesset, qui votent à bulletin secret.

    Si le favori des sondages est Réouven Rivlin, ex-président de la Knesset et membre du Likoud, le parti de droite du Premier ministre Benjamin Netanyahu, ce dernier ne lui a pas apporté son soutien, l'inimitié entre les deux dirigeants étant de notoriété publique.

    Le principal rival de Réouven Rivlin était le député travailliste Binyamin Ben Eliezer, un ancien de la gauche israélienne. Mais il a été forcé de quitter la course suite à des accusations de corruption portant sur l'achat d'une maison de luxe à Jaffa, près de Tel-Aviv. Meir Sheetrit, anciennement membre du Likoud, est centriste.

    Dalia Itzik est travailliste. Elle a présidé la Knesset en 2006 et a également assuré l’intérim de la présidence de l'Etat d'Israël quand le prédécesseur de Shimon Peres, Moshé Katsav, a été impliqué dans une affaire de viol et a été suspendu. Deux candidats, enfin, ne sont pas issus du sérail parlementaire : l'ancienne juge de la Cour Suprême, Dalia Dorner, et le Prix Nobel de Chimie 2011, Daniel Shechtman.

    Et si la justice a abandonné toute poursuite contre lui, les faits reprochés étant prescrits, le ministre de l'Energie, Sylvan Shalom, a finalement renoncé à se présenter à l’élection présidentielle : une ex-secrétaire l’avait accusé de délit sexuel.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.