GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    La percée de l’EIIL met à jour les divisions irakiennes

    media Des irakiens se portant volontaire pour combattre les jihadistes de l'EIIL qui avancent sur Bagdad, le vendredi 13 juin. REUTERS/Ahmed Saad

    Les rebelles irakiens tiennent toujours plusieurs régions d’Irak, dont celle de Mossoul et les villes de Tikrit et de Baji. Au sud de la région de Kirkouk, ils sont toujours maîtres de la ville de Hawija, où ils rencontrent le soutien d’une partie de la population. Ailleurs, la résistance s’organise face à l’avancée de l’EIIL, mais les divisions irakiennes continuent de freiner toute organisation globale.

    Mohamed habite Hawija, qu’il appelle une ville libérée. Mohamed est sunnite, il est étudiant et assure que sa ville respire depuis que les rebelles sunnites en ont pris le contrôle. « Je n’ai pas vu aucun combattant d al-Qaïda, affirme-t-il. Et surtout, maintenant, on est protégé par des sunnites contre l’armée de Maliki. C'est une révolution populaire, le résultat de toutes les exactions du gouvernement actuel, des arrestations, des exécutions, des emprisonnements. On a manifesté pendant un an pacifiquement et l’armée a attaqué notre campement et a tué et blessé 200 personnes. » Mohamed raconte comment il a été kidnappé deux fois par des milices chiites. On militait avec des amis sur le campus contre leur projet d’obliger les femmes à porter le voile. Ils veulent transformer l’Irak en copie de l’Iran.

    Dans l’Irak d’aujourd’hui les sunnites sont discriminés. L’attaque par l’armée du campement des manifestants à Hawija en avril 2013 l’a convaincu que rien ne serait obtenu pacifiquement. « On pense que les États-Unis sont du côté des Iraniens. Ils sont contre les citoyens irakiens. J’espère qu’ils vont changer de façon de voir, j’espère qu’ils ne vont pas venir tuer des Irakiens. Nous avons besoin de paix et de sécurité. Pour Mohamed, à l’avenir, Maliki doit partir et les sunnites doivent retrouver leur place. » Il ne sait pas quelle forme ça peut prendre il se sent juste aujourd’hui fier d’être sunnite.

    Les réflexes communautaires demeurent

    De l’autre côté, la résistance à l’EIIL s’organise, mais les réflexes communautaires jouent à plein. À Kirkouk comme ailleurs en Irak, de jeunes gens se portent volontaires pour défendre leur région. Dans la ville pétrolière, 4 000 jeunes se sont ainsi inscrits pour être réservistes dans le corps des peshmergas kurdes.

    Mais dans les familles chiites, la mobilisation est plus forte qu’ailleurs. Ils vivent la rébellion sunnite comme une menace directe. Ali est étudiant à l’Institut de technologie de Kirkouk. Il a un petit boulot comme garde dans l’administration provinciale. À 25 ans, il veut défendre Kirkouk contre al-Qaïda. « L’ayatollah al-Sistani nous a appelés à défendre l’Irak. Donc oui je me suis inscrit. Je protège ma ville, tous les Irakiens pas seulement les chiites. Et pas seulement ma région de Kirkouk. » Mais Ali est chiite et les membres des autres communautés, comme les Kurdes ou les sunnites ne s’enrôlent pas dans les groupes populaires de défense.

     → À (RE)LIRE : Nord de l'Irak: les Kurdes hésitent sur la stratégie à adopter

    Nadjat al-Hussein Hassan, un turkmène de Kirkouk. Il appartient au groupe du chef chiite Ammar al-Hakim. Pour lui aussi, l’heure est a la solidarité chiite aux côtés du Premier ministre Nouri al-Maliki. « On est beaucoup surtout dans mon groupe à critiquer Maliki , explique-t-il il est en partie responsable de cette crise, mais la priorité aujourd’hui c’est de lutter contre la menace actuelle qui menace tous les Irakiens. On verra après quand on aura vaincu l’Etat islamique d’Irak et du levant (EIIL) et ses sympathisants, poursuit-il, avant de conclure : les sunnites ne doivent pas recourir au terrorisme. Et puis regardez ces rebelles, il y a des baasistes parmi eux. »

    Esprit de revanche chez les uns, nostalgie du pouvoir chez les autres, l’Irak n’a semble-t-il toujours pas tourné la page de l’ère Saddam Hussein.

    → À (RE)LIRE : Le gouverneur de Mossoul veut une police sunnite pour les sunnites

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.