GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    En Irak, l'EIIL marque encore des points

    media Ces hommes veulent rejoindre le combat contre les jihadistes. AFP PHOTO/HAIDAR HAMDANI

    En Irak, les insurgés marquent des points. Ils se sont emparés de la plus grande partie de Tal Afar, une ville stratégique chiite du nord de l'Irak, selon un responsable du gouvernement. Celui-ci a fait état de plusieurs dizaines de morts dans les combats. Plus à l'ouest, selon des officiers irakiens, des rebelles syriens ont pris le contrôle d'un poste-frontière entre l'Irak et la Syrie.

    Tal Afar est traditionnellement une ville majoritairement chiite. Dès que les insurgés sunnites alliés à l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) s'en sont approchés, pas moins de 20 000 habitants ont fui la ville afin de sauver leur vie.

    Pour les jihadistes c'est une ville importante. A 380 km au nord-ouest de Bagdad, elle est proche de la frontière syrienne et permet une continuité territoriale pour l'Etat islamique que l'EIIL voudrait instaurer à la fois en Syrie et en Irak. Les forces pro-gouvernementales détiendraient toujours des secteurs de cette enclave chiite dans la province de Ninive.

    De 500 à 700 insurgés

    Selon des témoins, l'assaut sur la ville a été lancé par quelques 500 ou 700 insurgés. Une cinquantaine de civils auraient péri dans l'attaque. Quelques policiers, quelques soldats également et des habitants qui ont pris les armes résistent toujours dans quelques quartiers et dans une partie de l'aéroport. Sans renforts de l'armée irakienne ou des peshmergas kurdes, il y a peu de chance qu'ils puissent résister encore longtemps.

    Plus à l'ouest, selon des officiers irakiens, des rebelles syriens ont pris le contrôle d'al-Qaëm, un poste-frontière entre l'Irak et la Syrie. Selon ces officiers, les insurgés sont fidèles à l'Armée syrienne libre (ASL) et au Front al-Nosra, la branche syrienne d'al-Qaïda, qui contrôlent déjà le côté syrien de ce point de passage. Ce mardi 17 juin encore, Bagdad a accusé l'Arabie Saoudite de financer les formations insurgées sur son sol et de s'être rangée du côté du « terrorisme ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.