GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Libération du journaliste d'al-Jazira Abdullah Elshamy au Caire

    media Le journaliste d'al-Jazira, Abdullah Elshamy, lors de sa libération au Caire, le 17 juin 2014 REUTERS/Stringer

    Le journaliste d’al-Jazira Abdullah Elshamy, détenu depuis 10 mois sans qu’aucune charge ne pèse contre lui a été libéré ce mardi 17 juin pour raison de santé. En grève de la faim depuis 149 jours, il a perdu plus de 40 kilos en prison. Il avait été arrêté le 14 août dernier alors qu’il couvrait la violente dispersion du sit-in des pro-Morsi à Rabbah.

    Avec notre correspondant au Caire, François Hume-Ferkatadji

    Assailli par les photographes, le visage amaigri, Abdullah Elshamy sort du poste de police de Nasr City. Après plus de sept heures d’attente, ses proches peuvent enfin l’embrasser. Porté sur les épaules d’un camarade, le reporter d’al-Jazira exulte

    « J'ai gagné, et tous ceux qui luttent pour la liberté - comme les journalistes qui font leur travail avec honnêteté - ont gagné, s'est-il exclamé. Cette expérience a changé ma vie, je ne serais plus jamais la même personne, je suis maintenant encore plus déterminé qu'avant pour défendre cette cause, pas seulement pour moi mais pour tous ceux qui veulent exercer leur métier librement.»

    Un long combat contre la justice

    Abdullah Elshamy, victorieux de son long combat contre la justice. Il y a un mois il avait menacé les autorités en diffusant une vidéo depuis sa cellule. « Si quoi que ce soit devait m’arriver, le régime égyptien sera tenu responsable » disait-il. Pour son frère Mosaab, son courage a payé : « il a toujours répété que perde sa vie ne lui posait pas problème, qu'il n'était pas en grève de la faim pour améliorer ses conditions de détention ou pour obtenir sa propre libération, mais pour défendre la liberté des médias »

    16 journalistes et plusieurs dizaines de milliers de prisonniers politiques sont toujours détenus en Egypte. Lundi prochain, la justice égyptienne rendra une décision très attendue dans le procès de trois autres journalistes d'al-Jazira. Entre 15 et 25 ans de prison ont été requis contre eux.

     → À RELIRE : Egypte: ouverture du procès des 20 journalistes étrangers

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.