GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Aujourd'hui
Dimanche 25 Août
Lundi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • L'Espagne opposée à un blocage de l'accord UE-Mercosur (présidence)
    • L'Espagne opposée à un blocage de l'accord UE-Mercosur (présidence)
    Moyen-Orient

    Irak: les chrétiens de Mossoul cherchent refuge dans les zones sous contrôle kurde

    media Dahuk, ville du Kurdistan autonome irakien. Un groupe de chrétiens chaldéens prie. (image d'archive 2002) AFP PHOTO/Behrouz MEHRI

    Qaraqosh est un village d’Irak proche de la ville de Mossoul, tombée la semaine dernière aux mains des jihadistes et de leurs alliés. Quoique dans la province de Ninive, il est aujourd’hui placé sous la protection des forces kurdes. On y rencontre des chrétiens irakiens qui ont fui Mossoul.

    Avec notre envoyé spécial à Qaraqosh, Nicolas Falez

    Mgr Moshé : d'après les témoignages, la vie à Mossoul est «presque normale mais il y a une grande crainte» face à l'avenir

    Archevêque syriaque catholique de Mossoul, au micro de notre envoyé spécial

    21/06/2014 - par Nicolas Falez Écouter

    Pour se rendre à Qaraqosh, dans la province de Ninive, on franchit plusieurs barrages des peshmergas, les forces armées du Kurdistan autonome qui y sont déployés. Le village se trouve sur la limite de la zone tenue par l'EIIL. Près des églises, des hommes portent des fusils automatiques. Ce sont des chrétiens, organisés en groupes d’autodéfense.

    Depuis dix jours, le séminaire de Qaraqosh accueille des familles chrétiennes qui ont fui Mossoul. Dans le jardin, il y a ce père de famille qui a récemment effectué un aller-retour dans sa ville.

    « J’y suis allé il y a deux jours. La situation est terrible. Il y a plein de drapeaux noirs dans la rue, beaucoup d’hommes armés. Mais ils ne s’en prennent pas aux gens… »

    D’autres témoignages confirment que l’Etat islamique en Irak et au Levant ne s’en prend pas aux chrétiens ni à leurs églises. En tout cas pour l’instant. Reste le chaos à Mossoul et l’inquiétude des chrétiens, dont certains parlent d’exil, comme ce charpentier de 24 ans :

    « Il n’y a pas d’avenir en Irak. Cela fait dix ans qu’on le sait. Si Dieu le veut, je partirai d’ici et j’irai dans un autre pays. Si on m’accepte. »

    A Qaraqosh, d’autre déplacés chrétiens disent vouloir rentrer un jour à Mossoul. Mais seulement si l’armée régulière reprend le contrôle de la ville.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.