GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 24 Mars
Samedi 25 Mars
Dimanche 26 Mars
Lundi 27 Mars
Aujourd'hui
Mercredi 29 Mars
Jeudi 30 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Australie: le Queensland sous les pluies torrentielles et les vents violents du cyclone Debbie
    • Afrique du Sud: décès d'Ahmed Kathrada, vétéran de la lutte anti-apartheid (fondation)
    Moyen-Orient

    Martin Indyk, l’émissaire américain au Proche-Orient, démissionne

    media Martin Indyk (D) a mené les discussions sur la paix entre Israël et la Palestine, ces dernières années. C'est leur échec qui l'a poussé à la démission. AFP PHOTO / PAUL J. RICHARDS

    Le département d’Etat a annoncé la démission de son émissaire au Proche-Orient, Martin Indyk, qui retourne à la Brookings, un centre de réflexion réputé de Washington, dont il est le vice-président. Il sera remplacé par son adjoint Frank Lowenstein, mais continuera de conseiller l’administration Obama sur la question israélo-palestinienne.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    Le poste d’émissaire au Proche-Orient est ingrat. Martin Indyk, excellent expert de la région et ancien ambassadeur en Israël sous Clinton, vient de jeter l’éponge après un an en fonction. Il n’est pas le premier. Même le pourtant très patient George Mitchell avait, avant lui, abandonné, faute de progrès dans les négociations de paix entre Israël et les Palestiniens.

    L'hommage de John Kerry

    Le départ d’Indyk est un autre signe de l’impasse dans laquelle se trouvent les pourparlers, auxquels pourtant John Kerry a consacré tant d’efforts. Le secrétaire d’Etat a rendu hommage à son conseiller pour « son infatigable travail pour promouvoir la paix » et a déclaré que les Etats-Unis continueraient de rechercher une solution. Les négociations ont cessé en avril, après qu’Israël ait refusé de libérer un groupe de prisonniers palestiniens et que Mahmoud Abbas ait demandé l’admission de la Palestine à diverses organisations faisant partie de l’ONU.

    La démission de Martin Indyk coïncide avec la tournée d’adieux de Shimon Peres aux Etats-Unis, où le président israélien était considéré comme un homme de paix favorable à la solution des deux Etats.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.