GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
Aujourd'hui
Mercredi 31 Août
Jeudi 1 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Irak: l’EIIL proclame le califat islamique, avec al-Baghdadi en calife

    media Abou Bakr al-Baghdadi, chef de l'Etat islamique, proclamé calife. AFP PHOTO / HO /US Department of State

    Le porte-parole des jihadistes de l’Etat islamique en Irak et au Levant annonce l’établissement d’un «califat islamique» après l’avancée irakienne de ce groupe notamment à Tikrit.

    Cette ville fait toujours l’objet de la plus importante contre-offensive lancée par l’armée irakienne contre les jihadistes.

    Avec nos envoyés spéciaux à Bagdad,  Boris Vichith et Daniel Vallot.

    Ce califat sera dirigé par le chef de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), Abou Bakr al-Baghdadi, qui devient donc, aux yeux en tout cas de ses partisans, le successeur du prophète dans l’exercice du pouvoir politique. « En se proclamant calife, explique Fabrice Balanche, directeur de recherche, spécialiste du Moyen-Orient, il lance ainsi l'anathème sur Maliki, sur Assad, sur tous les musulmans qui voudraient le combattre. » Avec cette proclamation, l’EIIL tente de concrétiser sur le plan institutionnel le projet idéologique qui sous-tend toute son action depuis ses débuts, à savoir l'instauration d'un Etat conforme aux principes de la charia, la loi islamique.

    Ce projet se place dans la contuinité des grands califats, du premier créé par le fondateur de l'islam au VIIIe siècle, jusqu'au dernier, l'Empire ottoman, qui s'est effondré dans les années 1920. Il s'agit donc, pour l'EIIL, de remettre en cause les frontières actuelles issues de l’effondrement de l’Empire ottoman, à commencer par celle séparant l’Irak de la Syrie. Des lignes créées par les puissances européennes, et que l'Etat islamique entend bien déclarer nulles et non avenues.

    Cette proclamation vient couronner les succès militaires remportés il y a deux semaines de manière foudroyante en Irak par l’EIIL. Aux positions acquises en Syrie à la faveur de la rébellion anti-Assad sont venus s’ajouter la ville de Mossoul en Irak et d’importants territoires dans l’ouest et dans le nord-ouest du pays. De fait, l'EIIL contrôle des territoires à cheval entre les deux pays. La proclamation s’adresse par ailleurs, et c’est là sans doute le plus important, à l’ensemble de la nébuleuse jihadiste. « Il est du devoir de tous les musulmans de prêter allégeance au calife et de le soutenir », affirme ainsi le communiqué.

    Autrement dit, l’Etat islamique fort de ses succès militaires demande aux autres jihadistes, à commencer par al-Qaïda, de se soumettre à son autorité. Une proclamation forte, qui concerne notamment la Syrie, où les combattants de l'EIIL sont toujours en butte à l'hostilité d'une partie de la frange jihadiste, en particulier le Front al-Nosra. Désormais, l'Etat islamique a donc trois arguments à faire valoir pour obtenir l'allégeance des combattants du jihad : l'étendue de son territoire, la puissance militaire et financière qui en découle, et sur le plan idéologique, la création hautement symbolique de ce califat.

    « Le fait qu'il se proclame calife peut apporter à Baghdadi de nouveaux combattants venus de tout le monde musulman, du Maroc jusqu'à l'Indonésie, voire en Europe, estime Fabrice Balanche. C'est un coup de pub. Ca peut aussi drainer des financements puisque dans l'ensemble du monde musulman, beaucoup de gens rêvent du rétablissement du califat. Vu la contre-offensive irakienne qui met en danger l'Etat islamique - il y a aussi les Kurdes qui poussent depuis le nord de l'Irak et l'armée de Bachar el-Assad qui bombarde les bases de l'Etat islamique en Syrie -, c'est une technique pour appeler à un sursaut de combattants à le rejoindre pour lutter contre les ennemis de l'islam. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.