GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Samedi 14 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Décembre
Mardi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • COP25: un accord a minima a été adopté en séance publique à Madrid
    • Pollution atmosphérique en Iran: écoles fermées dans plusieurs villes du pays, dont Téhéran
    • «L'hôpital public se meurt», avertissent 660 médecins prêts à démissionner dans une tribune publiée par le «Journal du dimanche»
    • Culture: l'actrice Anna Karina est morte d'un cancer à 79 ans (agent à l'AFP)
    • La Chine suspend des taxes supplémentaires sur certains produits américains (ministère chinois des Finances)
    • Le sud des Philippines a été frappé par un séisme de magnitude 6,8 (USGS)
    Moyen-Orient

    Nucléaire iranien: une semaine pour gommer les divergences

    media Le ministre des Affaires étrangères iranien, Mohammad Javad Zarif, a assuré que son pays n'aspirait pas à obtenir l'arme nucléaire. REUTERS/Murad Sezer

    L'Iran et le groupe des pays dits « 5+1 » (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, plus l'Allemagne) entament dimanche à Vienne, en Autriche, la dernière phase des négociations sur le nucléaire iranien. Ils ont sept jours pour trouver un accord, avant la date butoir du 20 juillet. Alors que d'importantes divergences restent à surmonter, l'Iran assure toujours ne pas vouloir obtenir l'arme nucléaire.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    Les États-Unis estiment que des divergences importantes restent à surmonter avant de pouvoir conclure un accord. Celles-ci concernent notamment le nombre de centrifugeuses que la communauté internationale serait prête à accepter, ainsi que le nombre d’années pendant lesquelles l’Iran serait tenu de respecter cet accord : Téhéran souhaite cinq ans, les grandes puissances, vingt ans.

    Si les parties n’arrivent pas à s’entendre sur les questions principales et si l’Iran ne donne pas de preuves suffisantes que son programme n’est destiné qu’à des fins pacifiques, il sera « difficile », a déclaré un officiel américain, de jouer les prolongations avec une autre série de négociations de six mois.

    Le ministre des Affaires étrangères iranien, Mohammad Javad Zarif, a voulu rassurer les Américains en déclarant dans une interview à la chaîne de télévision NBC que l’Iran n’aspirait pas à obtenir l’arme nucléaire - qui, selon lui, n’aide personne. « La bombe a-t-elle rendu le Pakistan, Israël, les États-Unis ou la Russie plus sûrs ?», s'est-il ainsi interrogé.

    Il faudra cependant davantage qu’une interview pour convaincre les parlementaires américains, car nombreux sont ceux, au sein des deux principaux partis, qui doutent de la bonne foi de l’Iran. Si un accord n’est pas conclu d’ici le 20 juillet, ils souhaiteront imposer de nouvelles sanctions. Toutefois, si certains progrès sont enregistrés à Vienne et qu’une nouvelle série de pourparlers est nécessaire pour parvenir à un accord, il est probable que Barack Obama obtiendra le soutien du Congrès.


    Relatif pessimisme dans la dernière ligne droite des négociations

    Avec notre envoyée spéciale à Vienne, Aabla Jounaïdi

    Les chefs de la diplomatie américaine, britannique, française et allemande sont donc réunis ce dimanche au palais de Coburg, dans le centre de Vienne, pour faire le point sur l’état des discussions entre les négociateurs du groupe des 5 + 1, c’est-à-dire les membres du Conseil de sécurité permanents (Etats-Unis, Russie, Chine, France et Grande-Bretagne), plus l’Allemagne d’une part, et les Iraniens.

    L’objectif de cette visite, c’est en effet de donner un coup de fouet à ces négociations, car le temps presse et les divergences demeurent entre l’approche iranienne de ce dossier et celle des 5 + 1. Plusieurs points et en premier celui du nombre des centrifugeuses et celui de la capacité d’enrichissement de l’Iran font toujours l’objet de blocages. Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, qui est arrivé à Vienne ce dimanche matin, a redit que « les positions sont malheureusement assez écartées ». Quant au ministre britannique William Hague, il a parlé d’« écart significatif et n’attend pas de percée aujourd’hui ».

    Mais si pour le moment on se refuse officiellement à envisager l’extension des discussions, le groupe des 5 + 1 ne montre pas un front uni non plus. Les Russes et les Chinois sont sous-représentés aujourd’hui à cette réunion. Moscou s’est ainsi contenté de dépêcher son ambassadeur à Vienne.

    En plus de cet épineux dossier iranien, les chefs de la diplomatie espèrent faire avancer par leur présence un autre dossier, celui de Gaza. Ils entendent plaider pour un cessez-le-feu encore une fois et mettre fin aux violences. C'est ce dont ils vont discuter cet après-midi ici à Vienne.

    Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a prévenu aujourd’hui que tout accord nucléaire avec l'Iran qui laisserait au pays la capacité d'enrichir de l'uranium serait « catastrophique ». 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.