GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Reprise des raids aériens à Gaza, Abbas en appelle à l'ONU

    media Des Palestiniens devant une maison détruite, d'après la police, par des frappes israéliennes, le 14 juillet 2014, dans la ville de Gaza. REUTERS/Mohammed Salem

    Après sept jours de bombardements israéliens et de tirs de roquettes palestiniennes, une nuit relativement calme a été observée dans la bande de Gaza lundi 14 juillet. Un Palestinien a toutefois été tué par l’armée israélienne en Cisjordanie. Au total, l’offensive de Tsahal sur la bande de Gaza a fait 172 morts palestiniens. Alors que 17 000 habitants du nord de l’enclave ont fui vers le sud, dans la crainte de nouveaux bombardements, les appels des grandes puissances à un cessez-le-feu restent pour le moment inefficaces.

    Avec notre envoyé spécial à Gaza, Daniel Vallot, et nos correspondants à New York et Washington, Karim Lebhour et Jean-Louis Pourtet

    De lourdes détonations se faisaient entendre ce lundi matin dans la bande de Gaza : des tirs d’artillerie et des raids aériens, frappant sans doute le nord du territoire. Selon l’armée israélienne, des rampes de lancement de roquettes ont été touchées. La nuit avait pourtant été calme, pour la première fois depuis le début de l’offensive israélienne mardi 8 juillet. Elle n'a été marquée par aucun décès dans la bande de Gaza.

    Dans la matinée en revanche, un Palestinien a été tué par l’armée israélienne dans des heurts à Hébron, en Cisjordanie. Vingt-trois Palestiniens ont par ailleurs été arrêtés dans ce territoire palestinien durant la nuit, dans le cadre de l’enquête sur l’enlèvement et le meurtre de trois jeunes israéliens le mois dernier, a déclaré Tsahal.

    On est en tout cas loin des bombardements massifs qui étaient craints à Gaza en raison de l’ultimatum fixé dimanche 13 juillet aux habitants du nord de l'enclave. Israël semble marquer une pause dans les opérations militaires. Il est impossible de dire s’il s’agit d’un court répit avant une éventuelle opération au sol, ou au contraire si les autorités israéliennes ont réellement l’intention de calmer le jeu et de laisser la porte ouverte à une solution négociée et à la conclusion d’un cessez-le-feu.

    17 000 Palestiniens ont fui le nord de Gaza

    Les habitants de Gaza, eux, n'ont pas attendu de savoir. Des milliers de personnes ont quitté précipitamment  dimanche matin leurs maisons, leurs appartements et leurs fermes. Selon les Nations unies, 17  000 Palestiniens environ ont quitté la région de Beit Lahiya pour se mettre à l’abri plus au sud. La plupart sont allés dans les localités de Jabalia et de Gaza, chez des proches ou des amis lorsque c’était possible.

    Mais un grand nombre d’entre eux ont préféré trouver refuge, comme lors des précédentes opérations militaires israéliennes sur la bande de Gaza, dans les écoles de l’UNRWA, l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens. Cette évacuation et ces installations précaires se sont faites dans l’urgence et même dans la panique, les habitants craignant un bombardement massif dès l’expiration de l’ultimatum dimanche à midi.

    Roquettes en provenance du Liban et de Syrie

    Aux roquettes tirées depuis Gaza et contre lesquelles Tsahal réplique, s'ajoutent en outre des tirs en provenance du sud du Liban : l’armée israélienne a déclaré que « plusieurs roquettes avaient été tirées depuis le Liban sur la Galilée occidentale ». Israël a immédiatement riposté.

    Une roquette tirée de Syrie est également tombée sur le plateau du Golan, sur une zone occupée par l’Etat hébreu, sans toutefois faire de victime. Là encore, l’armée a répliqué.

    Abbas demande de« la protection des Nations unies »

    Ces violences déclenchent des réactions très vives à l’étranger, chez les communautés qui se sentent concernées : ainsi plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées hier à Paris en soutien au peuple palestinien.

    Les réactions ont également été diplomatiques, avec une lettre du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas au secrétaire général des Nations unies. Dans son message adressé à Ban Ki-moon, Mahmoud Abbas parle de « placer l’Etat de Palestine sous la protection des Nations unies », une mesure qui n’existe en fait pas dans le système onusien.

    Le président de l’Autorité palestinienne le sait bien : même s’il ne le précise pas, il souhaite surtout une présence de l’ONU en Palestine, avec des observateurs ou des casques bleus. Il s’agit là d’une demande de longue date des Palestiniens, mais qui exige l’accord - très improbable - d’Israël et du Conseil de sécurité, donc des Etats-Unis.

    L’objet de cette lettre est donc avant tout pour les Palestiniens d’annoncer leur intention de saisir toutes les instances internationales possibles sur le conflit à Gaza : le Conseil des droits de l’homme, la Convention de Genève et le Conseil de sécurité. La présidence palestinienne évoque également, sans la nommer, la Cour pénale internationale. Si les Palestiniens y adhèrent, ils auraient la possibilité de traduire Israël devant la justice internationale - une menace brandie à plusieurs reprises mais jamais mise à exécution.

    Les Etats-Unis « prêts à aider » pour une cessation des hostilités

    Autre réaction diplomatique à l’évolution de la situation dans les territoires palestiniens : l’entretien téléphonique qui s’est déroulé dimanche entre le secrétaire d’Etat américain John Kerry et le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu. Le département d’Etat américain a indiqué que John Kerry, qui se trouve à Vienne pour les négociations sur le nucléaire iranien, avait téléphoné dimanche à Benyamin Netanyahu pour réaffirmer que les Etats-Unis étaient prêts à aider pour parvenir à une cessation des hostilités.

    Les diverses parties ont également plaidé leur cause dans les médias américains. Nombre d’intervenants ont souhaité un cessez-le-feu, comme l’a recommandé le Conseil de sécurité. Ce fut notamment le cas sur la chaîne CBS, où s’exprimait Rashid Areikat, le représentant palestinien à Washington.

    Autre personnalité a avoir pris la parole dimanche : Martin Indyk, l’ancien émissaire américain au Proche-Orient. « Je pense que le président Obama et John Kerry souhaitent vivement un cessez-le-feu et sont prêts à faire ce qu’ils peuvent pour y parvenir, a indiqué le diplomate dans le New York Times, mais tant que le Hamas n’arrête pas ses tirs de roquette, il est difficile de savoir quand l’affrontement va s’arrêter. »

    L'Iran blâme la communauté internationale pour son inaction

    Sur NBC, le ministre des Affaires étrangères iranien Mohamad Javad Zarif, dont le gouvernement fournit en armes le Hamas, s’est refusé à condamner les tirs de roquettes, qu’il considère comme un « acte d’autodéfense ». Il a également blâmé la communauté internationale pour son inaction : « Les Etats-Unis et les autres membres du Conseil de sécurité ont la responsabilité morale et juridique de mettre fin à cette situation, et nous regrettons qu’ils n’aient rien fait. »

    Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, qui s’est également exprimé sur les chaînes de télévision américaines, n’a, lui, pas parlé d’un cessez-le-feu, et a déclaré qu’Israël gardait sur la table « toutes ses options ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.