GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Samedi 14 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Décembre
Mardi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Nucléaire iranien: pour Israël, un accord serait «une catastrophe»

    media Le secrétaire d'Etat américain John Kerry (d.) discute avec son homologue britannique William Hague, le 13 juillet 2014, à Vienne. REUTERS/Jim Bourg

    Les discussions autour du programme nucléaire controversé de l’Iran se poursuivent ce lundi 14 juillet à Vienne, en Autriche. Alors qu'un consensus semble encore lointain, les Occidentaux veulent maintenir la pression sur les négociateurs iraniens. Un éventuel échec des négociations réjouirait en revanche Israël, pour qui un accord permettant à l’Iran de continuer d’enrichir son uranium serait « une catastrophe ».

    Avec notre envoyée spéciale à Vienne, Aabla Jounaïdi, et notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet.

    Les négociateurs des grandes puissances (États-Unis, Grande-Bretagne, France, Russie, Chine et Allemagne, les pays dits « 5+1 ») et les Iraniens sont censés parvenir à un accord avant le dimanche 20 juillet. Mais les négociations sont enlisées dans des questions techniques.

    « Nous avons eu une discussion approfondie sur le nucléaire iranien, mais nous ne sommes pas encore arrivés à un accord. Nous allons donc continuer la discussion », a indiqué le ministre des Affaires étrangères français Laurent Fabius à la sortie d’un entretien avec son homologue iranien Javad Zarif.

    La perspective d’une extension des discussions se précise donc. Mais si les diplomates américains, français, britanniques et allemands évoquent à l'unisson les divergences qui subsistent avec l’Iran, ils refusent toujours de dire qu’il faudra prolonger les discussions au-delà du 20 juillet. Une stratégie probablement adoptée pour maintenir la pression sur les négociateurs iraniens.

    Scepticisme

    Pour les connaisseurs du dossier, toutefois, un accord semble encore lointain. Parmi les sceptiques, on trouve un expert de la région, Dennis Ross, qui fut émissaire au Moyen-Orient sous les présidents Bush et Obama, et conseiller spécial d’Hillary Clinton lorsqu’elle était secrétaire d’Etat. « Le seul moyen, selon moi, pour que les Iraniens acceptent un accord, c’est qu’ils parviennent à la conclusion qu’ils ont beaucoup plus à perdre que nous sur le plan diplomatique. S’ils ne le croient pas, il n’y aura pas d’accord », analyse-t-il.

    « Une catastrophe » selon Israël

    La semaine qui s’ouvre promet donc d’être décisive. Un éventuel échec des négociations réjouirait sans nul doute le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou. Celui-ci craint un accord qui pourrait permettre à l’Iran de continuer d’enrichir son uranium. « J’espère vraiment que ça ne va pas se produire. Ce serait un développement catastrophique, parce que le Moyen-Orient est en crise, la situation est chaotique. Les pires militants, les chiites et les radicaux rivalisent les uns avec les autres. Ce serait un désastre pour les Etats-Unis et pour tout le monde », a-t-il déclaré sur la chaîne Fox News.

    Benyamin Netanyahu voudrait voir l’uranium enrichi iranien retiré du pays, comme l’ont été les armes chimiques de Syrie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.