GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 1 Octobre
Dimanche 2 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: Bachar el-Assad prête serment pour un troisième mandat

    media Bachar el-Assad a prêté serment pour un troisième septennat. REUTERS

    Réélu le 3 juin lors des élections organisées dans les territoires sous contrôle du régime, Bachar el-Assad a prêté serment sur le Coran ce mercredi 16 juillet devant les députés réunis en session extraordinaire lors d’une cérémonie dans son palais surplombant la capitale, en présence de plus d’un millier d’invités syriens. Il s’est montré inébranlable quant à sa volonté d’en finir avec la rébellion.

    Triomphaliste, Bachar el-Assad semble envoyer un signal fort à ses détracteurs qui pariaient son départ rapide. « Les pays occidentaux et arabes vont payer très cher leur soutien à l'opposition terroriste syrienne. » C'est en substance le message formulé par l’autocrate de 48 ans lors de son discours d'investiture qui était surtout adressé à ses ennemis. « Les visages monstrueux se sont dévoilés, le masque de la liberté et de la révolution est tombé », a-t-il lancé avec éloquence. Le chef d'Etat a toutefois appelé les opposants à déposer les armes et a prôné la reprise du dialogue pour faire « cesser l'effusion de sang ». Pas question pour autant de discuter avec les opposants en exil, qualifiés de « forces qui n'ont pas prouvé leur patriotisme ».

    Bachar el-Assad n’a pas oublié de remercier ses alliés, notamment la Russie et la Chine qui ont bloqué des résolutions au Conseil de sécurité de l'ONU condamnant son régime, ainsi que l'Iran et le Hezbollah chiite libanais, dont les combattants aguerris lui ont permis de reprendre plusieurs bastions aux rebelles.

    L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a qualifié mercredi sa réélection de « farce » et dépeint un tableau bien sombre depuis l’élection de celui qu’il appelle « le tueur des enfants de la Syrie ». « 743 civils ont été tués dont 197 enfants et 108 femmes seulement dans des raids aériens » par des troupes du régime.

    La capitale a été visée par des tirs pendant la cérémonie d’investiture. Juste après la fin de son discours, qui a duré plus d'une heure, quatre personnes ont été tuées et 22 blessées par des obus de mortier tirés sur le centre de Damas, selon l'agence officielle Sana.

    La guerre en Syrie a fait plus de 170 000 morts depuis mars 2011 et poussé plus de neuf millions de personnes à la fuite.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.