GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Août
Dimanche 20 Août
Lundi 21 Août
Mardi 22 Août
Aujourd'hui
Jeudi 24 Août
Vendredi 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    La fuite des chrétiens de Mossoul marque la fin d’une ère en Irak

    media Des déplacés ayant fuit Mossoul, en Irak, ont trouvé refuge au camps de réfugiés de Khazer, près d'Erbil, au Krudistan irakien. REUTERS/Stringer

    L'Etat islamique impose son ordre dans les régions conquises, à commencer par Mossoul, dans le nord du pays. Samedi, les derniers chrétiens ont fui la ville après l'expiration d'un ultimatum les sommant de choisir entre la conversion à l'islam ou le paiement d'un tribut en échange de la protection du calife Ibrahim, Abou Bakr al-Baghdadi.

    Mossoul est désormais vide de l'une des plus vieilles communautés chrétiennes du monde. L'ultimatum a expiré. Les dizaines de familles catholiques qui y demeuraient encore ont quitté la ville samedi matin. En tout, ce sont 10 000 chrétiens qui ont fui Mossoul et sa province depuis la fin du mois de juin.

    C'est bien la fin d'une ère en Irak. L'invasion américaine de 2003 a précipité le délitement de la nation. Les chrétiens, assimilés à l'Occident, ont très vite été pris pour cible par les groupes jihadistes. L'avancée de l'Etat islamique, en juin, et la partition du pays qu'elle a entraîné menacent toutes les minorités, les rendant encore plus vulnérables.

    Toutes les minorités visées

    Les chrétiens ne sont pas le seul groupe en danger. Les premières victimes de l'avancée jihadistes ont été les chiites. De nombreux rapports d'ONG, dont ceux Amnesty international et de Human rights watch ont documenté des massacres de chiites, notamment à Tikrit, où l'EIIL a revendiqué l'exécution de 1 700 hommes, photos macabres à l'appui.

    Près de la mosaïque ethnique de Kirkouk, et dans la province de Ninive, tenus par les jihadistes, d'autres grands massacres ont visé les minorités turkmènes, shabaks ou encore les Yezidis, dont le culte est jugé « satanique » par les jihadistes. Eradiquer toutes les minorités pour asseoir un Etat exclusivement islamique est l'objectif affiché et poursuivi par les jihadistes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.