GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Juin
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Aujourd'hui
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    En Israël, les mouvements pacifistes clament leur soutien à Gaza

    media Quelques centaines de personnes se sont rassemblées sur la place Habima de Tel Aviv, samedi 19 juillet, pour protester contre l'opération de l'armée israélienne à Gaza et contre l'occupation. V. Gaymard / RFI

    Au troisième jour de l’offensive terrestre de l’armée israélienne, plusieurs organisations de la gauche israélienne ont appelé à une manifestation pacifiste à Tel Aviv. 200 à 300 personnes se sont rassemblées, séparées par un cordon sous haute sécurité pour éviter les affrontements comme cela s’est produit il y a six jours avec des militants d’extrême droite.

    Avec notre envoyée spéciale à Tel Aviv, Véronique Gaymard

    Sur la place Habima de Tel Aviv résonnent les slogans répétés en boucle : « arrêtez le massacre à Gaza », « l’occupation doit cesser », « libérez Gaza », « Netanyahu et le Hamas, c’est la même guerre », ou encore « Bibi, on te retrouvera à la Cour pénale internationale de La Haye pour les crimes de guerre ».

    « La Shoah du peuple palestinien »

    Ofra Lyth milite pour le mouvement Un Etat démocratique pour un Etat laïc : « On tue des enfants, cette armée israélienne est énorme bombarde les civils, il faut arrêter ça ! Ca ne sert à rien, juste à l'industrie d'armement. »

    Le réalisateur israélien Shmulik Calderon dit ne pas avoir confiance dans le gouvernement israélien. Il lance un cri de colère contre la situation à Gaza et plus largement celle des Palestiniens : « Je suis un scénariste, un acteur, un réalisateur, et je viens ici pour parler à mon peuple, et à la presse, pour dire qu’on veut parler directement avec le peuple palestinien. On ne veut pas l’intromission du gouvernement israélien, ni du gouvernement palestinien. L’armée israélienne doit quitter Gaza immédiatement. Tout de suite. Elle doit partir ! Et de l’autre côté le Hamas, doit arrêter d’envoyer des missiles sur Tel Aviv et dans tout le pays. Ils doivent déposer les armes et nous remettre les clés pour commencer à négocier avec le peuple palestinien. On n’a pas confiance dans les gouvernements, on n’a plus confiance en Bibi Netanyahu, on n’a plus confiance dans Avidgor Lieberman. Je suis désolé ! On veut enfourcher la monture et prendre les rênes directement. Et arrêter les tirs ! Et sortir de Gaza ! Pour moi, c’es un holocauste ! Ce qui se passe en ce moment, c’est un holocauste ! C’est la Shoah du peuple palestinien ! Et on doit l’arrêter ! Je suis désolé, mais on doit l’arrêter ! Depuis 60 ans, on exerce notre autorité sur eux. Tout ce que les êtres humains ne devraient pas faire, et bien on le fait ! »

    « Pas de sécurité avec la guerre »

    De l’autre côté du cordon de policiers, une poignée de militants d’extrême droite. Certains font rugir leurs motos en signe de défiance face aux manifestants de gauche.

    « On veut que l’armée israélienne gagne la guerre. Ces gens sont israéliens mais aux côtés des arabes, ils sont pour les Palestiniens ! Mon frère vit à Sderot, sous les roquettes, c’est pas une vie. »

    Côté manifestants de gauche, le message est clair : la réponse militaire accentue l’insécurité, comme le déclare Naor, militant du Mouvement de lutte socialiste : « On ne peut pas avoir de sécurité avec la guerre, le blocus et l’occupation. On ne pourra avoir la sécurité qu’avec une véritable paix. »

    Trois manifestants d’extrême droite ont été arrêtés pour troubles à l’ordre public pendant les manifestations.


    ■ Le tourisme en berne

    Reportage de notre envoyée spéciale

    Les pèlerins ont annulé leur voyage. C'est terrible, j'étais déjà là en 2008 quand il y a eu «Plomb durci», c'était pareil. On dirait qu'ils renouvellent toujours la même chose pour arriver à rien du tout
    A Jérusalem, la vieille ville désertée de ses milliers de touristes quotdiens 20/07/2014 - par Véronique Gaymard Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.