GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 15 Décembre
Lundi 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Gaza: des tirs israéliens s'abattent sur une école de l'ONU

    media Un cratère au milieu de la cour de l'école de l'ONU à Beit Hanoun, cible de l'armée israélienne, ce jeudi 24 juillet. REUTERS/Finbarr O'Reilly

    Dans la bande de Gaza, la barre des 800 morts Palestiniens a été franchie. Un raid israélien a touché, jeudi 24 juillet, une école de l'ONU. Quinze Palestiniens ont été tués dans cette attaque. Parmi les victimes, des enfants et des employés des Nations unies. Le secrétaire général de l'ONU a « condamné fermement » cette attaque. Reportage dans un des hôpitaux de la ville. 

    Avec notre envoyé spécial à Gaza, Nicolas Ropert et notre correspondant à New York, Karim Lebhour

    Au troisième étage de l'hôpital Al-Shifa de la ville de Gaza, deux blessés sont soignés. Une petite fille est étendue sur un lit, la jambe bandée. Seraj, 12 ans, a reçu un éclat. Elle s'en tire avec une fracture du tibia. Sa tante lui tient la main. Elle n'était pas dans l'école de Beit Hanoun mais dès qu'elle a entendu parler du bombardement, elle s'est précipitée sur place. Son frère et sa famille s'étaient installés là-bas. Elle les croyait morts, ils sont tous plus ou moins sérieusement blessés.

    Scène d'horreur

    Sur le lit à côté, une jeune femme a, elle aussi, été touchée dans l'attaque. Elle décrit une scène d'horreur. Inquiets pour leur sécurité, les résidents étaient en train de quitter l'endroit pour gagner un autre refuge. « C'est à ce moment-là qu'ils ont été visés. Il y a avait des blessés partout et beaucoup de morts », raconte la jeune femme.

    L'armée israélienne a annoncé l'ouverture d'une enquête. En dix-huit jours de conflit, 804 Palestiniens ont été tués, en majorité des civils.

    Des enfants palestiniens, à l'hôpital de Beit Hanoun, choqués après le bombardement. REUTERS/Finbarr O'Reilly

    Ban Ki-moon « consterné »

    Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a dénoncé fermement cette attaque contre des civils et des employés de l'agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens, l'UNRWA. Il s'est dit « consterné » et a mis en garde contre une répétition du drame de Jabaliya, en 2009, où une frappe israélienne sur une école avait fait 40 morts.

    Sur place, l’UNRWA, qui gère les écoles de l’ONU, assure avoir donné les coordonnées de ce bâtiment à l’armée israélienne et affirme qu’une trêve humanitaire pour évacuer l’école a été refusée. Une version contestée par l’armée qui assure avoir répondu à des tirs à proximité du bâtiment.

    Le porte-parole de l'UNRWA à Gaza a également assuré qu'il n'était pas question pour le moment d'empêcher la population de se réfugier dans les écoles. Depuis le début du conflit, vingt-trois écoles de l’ONU ont été fermées à Gaza. A deux reprises, les militants du Hamas ont tiré profit de ces fermetures en cachant des armes dans ces locaux vides. Plus de 100 000 Palestiniens ont trouvé refuge dans les installations de l’ONU. Avant cette frappe, l’UNRWA avait déjà perdu trois enseignants, tués chez eux ou en rentrant de leur travail.

    Washington « attristé »

     Washington s'est dit « attristé » du bombardement sur l'école et appelle à protéger les civils. Le chef de la diplomatie américaine John Kerry a contacté ses homologues du Qatar et de Turquie pour que ces pays, proches du Hamas, fassent pression sur leur allié palestinien pour parvenir à un cessez-le-feu. Mais avant d'accepter une trêve, le Hamas exige qu'Israël s'engage à lever le blocus imposé depuis huit ans à Gaza.

    De son côté, Israël a affirmé vouloir poursuivre son offensive sur l'enclave pour détruire les tunnels qui relient Gaza à son territoire. Israël, qui a désormais un nouveau président : Reuven Rivlin a prêté serment jeudi soir devant le Parlement à Jérusalem. Il succède à Shimon Peres. Reuven Rivlin fait partie de l'aile la plus à droite du Likoud, et n'a jamais caché son hostilité à la création d'un Etat palestinien.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.