GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La Chine et les îles Salomon établissent des relations diplomatiques
    • Plusieurs centaines de personnes se revendiquant des «gilets jaunes» sont rassemblées à Paris ce samedi matin
    • Mondial 2019 de rugby au Japon: la France bat l'Argentine 23-21 dans un match capital pour la qualification
    • Chantier de Notre-Dame: «pas de pression» sur le calendrier des travaux (Franck Riester au «Parisien»)
    • Les Gardiens de la révolution préviennent que tout pays qui attaque l'Iran sera «le champ de bataille» (Hossein Salami)
    Moyen-Orient

    Gaza: Israël annonce une trêve partielle de quatre heures

    media Dans l'école de l'ONU, touchée ce mercredi par un tir israélien, des Palestiniens ramassent les restes des corps des victimes. REUTERS/Mohammed Salem

    L'armée israélienne, accusée de « violation grave du droit international» par une agence de l'ONU après le bombardement d'une école, ce mercredi matin, a annoncé une « trêve humantiaire » partielle de quatre heures, de 15h00 à 19h00, heure locale (12h00 à 16h00, TU). Au 23e jour de l’opération israélienne, le bilan ne cesse de s’alourdir. Il est désormais de plus de 1 200 Palestiniens tués et de 53 soldats et 3 civils tués côté israélien.

    Avec notre correspondant à Ramallah, Nicolas Ropert

    ■ Actualisations 30/07 - 12 h 00 (TU) : Annonce par Israël d'une trêve de quatre heures ; L'armée israélienne accusée de « grave violation du droit international » par l'agence de l'ONU UNRWA.

    ■ Israël annonce une «trêve humanitaire»

    L'armée israélienne a annoncé une trêve humanitaire de quatre heures (de 12h00 à 16h00, TU ; 15h00 à 19h00, heure locale). Une « trêve temporaire » qui « ne s'appliquera pas aux zones où les soldats sont actuellement engagés dans des opérations », précise un communiqué militaire. 

    ■ Ecole de l’UNRWA touchée : « grave violation du droit international »

    Dans la matinée, l'Agence des Nations unies pour l'aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA), a accusé l'armée israélienne de « grave violation du droit international » suite au bombardement d'une école de l'ONU qui a fait au moins 16 morts, ce mercredi matin. « La nuit dernière, des enfants ont été tués alors qu'ils dormaient à côté de leurs parents sur le sol d'une salle de classe, dans un refuge désigné comme tel à Gaza. C'est un affront pour chacun d'entre nous, une source de honte internationale », a notamment déclaré Pierre Krähenbühl, le chef de l'UNRWA. 

    Un obus de chars israéliens a frappé une école de l’UNRWA à Jabaliya, dans le nord de la bande de Gaza, ce mercredi matin. Des civils y étaient réfugiés après avoir été avertis par l’armée israélienne de quitter leurs maisons, dans une zone qui a été massivement bombardée dans la nuit de mardi 29 à mercredi 30 juillet. Au moins 16 personnes – selon un responsable de l’UNRWA - qui avaient trouvé refuge dans l’établissement ont été tuées. Des sources médicales palestiniennes évoquent même le chiffre de 30 morts.

    « Nous nous sommes rendus sur le site et avons rassemblé des preuves. Nous avons analysé des débris, des cratères et d'autres dégâts. Selon nos premières conclusions, c'est l'artillerie israélienne qui a frappé notre école où 3 300 personnes avaient trouvé refuge », a expliqué le chef de l'UNRWA, qui n'a donné aucun bilan, mais insisté sur le fait que « de nombreux civils [ont été] tués et blessés, y compris des femmes et des enfants, et le gardien de l'UNWRA ».

    L'armée israélienne prévenue « 17 fois » de la localisation de l'école

    La localisation de l'école touchée par le bombardement israélien, et « le fait qu'elle accueillait des milliers de personnes déplacées sont des informations qui ont été transmises 17 fois à l'armée israélienne afin de s'assurer de leur sécurité, la dernière fois à 22h00 [mardi 29 juillet au ] soir, quelques heures avant le bombardement meurtrier », a par ailleurs précisé Pierre Krähenbüh.

    Par ailleurs, selon les services de secours palestiniens, six Palestiniens, dont trois enfants, ont été tués par des chars à Touffah, dans le nord-est de Gaza-Ville, ce mercredi matin. Dans la matinée, toujours, six personnes ont été tuées dans un bombardement, à Khan Younès, et une autre personne à Deir al-Balah, selon la même source.

    Les frappes israéliennes sur toute l’enclave palestinienne de Gaza ont été nombreuses : 150 cibles ont été visées durant la nuit, affirme l’armée israélienne. Parallèlement, 80 roquettes ont été lancées par des combattants palestiniens sur le territoire israélien, mardi 29 juillet. Des roquettes ont été trouvées dans une école de l’UNRWA, qui était vide. L’agence Onusienne appelle les deux parties à respecter sa neutralité et demande d’épargner les civils. 

    ■ Le bilan s’alourdit : plus de 1 200 Palestiniens tués, 56 côté israélien

    Le nombre de tués et de blessés a encore grimpé. Ce sont au moins 1 200 Palestiniens qui ont été tués, dont 80 % de civils, depuis le début de l’intervention israélienne dans la bande de Gaza, il y a trois semaines. Côté israélien, 53 soldats et trois civils ont été tués. L’opération « Bordure protectrice » a démarré le 8 juillet, et l’offensive terrestre israélienne a été lancée le 18 juillet.

    ■ Le faux espoir d'une trêve, mardi

    Si Israël a annoncé une trêve « humanitaire » de quatre heures, ce mercredi (de 15 h 00 à 19 h 00, heure locale), la perspective d'une véritable trêve durable n’est toujours pas à l’ordre du jour, malgré un espoir naissant, au cours de la journée de mardi 29 juillet. Plusieurs signes laissaient en effet penser qu’une trêve de trois jours était possible. A Ramallah, un responsable de l’OLP a affirmé que les factions palestiniennes étaient d’accord pour accepter la proposition de cessez-le-feu de l’ONU. Mais il a finalement été démenti par le porte-parole du Hamas.  Le mouvement islamiste refuse toute pause dans les combats tant que les chars israéliens n’auront pas quitté la bande de Gaza.

    ■ Au Caire, hypothétiques tentatives diplomatiques

    Par ailleurs, Mahmoud Abbas est au Caire, où il pourrait rencontrer son homologue égyptien Abdelfattah Al-Sissi. Le président de l’Autorité palestinienne espère toujours rallier le chef de l’Etat égyptien à sa cause. La position du Hamas est toujours la même : pas de cessez-le-feu sans avancée préalable dans les négociations, notamment sur la levée du blocus de Gaza. Ce que refuse jusqu’à maintenant le gouvernement israélien.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.