GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    «Toute l’histoire de la chrétienté en Irak risque de disparaître»

    media

    L'église assyro-chaldéenne de France se mobilise pour venir en aide aux chrétiens d’Irak persécutés par les jihadistes de l’Etat islamique. En première ligne de ce combat, la communauté de Sarcelles, dans le Val-d’Oise, où vit près de la moitié des 20 000 réfugiés chrétiens arrivés en France depuis les années 1970 par vagues successives de Turquie, de Syrie et d’Irak.

    8 000 chrétiens de rite chaldéen vivent à Sarcelles qui porte fièrement le titre de « capitale chaldéenne de France ». Ils y ont leurs associations, bientôt un centre culturel et surtout leur église où les messes sont célébrées en araméen. Depuis l’invasion de Mossoul par les jihadistes et l’exil forcé des chrétiens, les fidèles de la paroisse Saint-Thomas vivent dans l’angoisse. « C’est une situation dramatique pour nous. Nous avons toute notre histoire là-bas depuis 6000 ans. Les jihadistes, on les connaît, ils risquent de détruire tout le patrimoine et c’est toute l’histoire de la chrétienté en Irak qui risque de disparaître », explique Cécile, l’une des fidèles.

    Plutôt l'Irak que l'asile en France

    Pour essayer de sauver l’histoire de la chrétienté d’Orient, les Chaldéens de Sarcelles ont décidé d’agir. Regroupés au sein du Comité de soutien aux chrétiens d’Irak, ils ont réussi à alerter le gouvernement français qui vient de proposer l’asile aux chrétiens irakiens en danger. Pour le père Sabri Anar, curé de l’église Saint-Thomas, cette solution ne peut être que provisoire : « Nous saluons cette initiative, mais pour nous, la meilleure solution serait que la France fasse pression sur l’Irak pour que le droit des minorités soit assuré sur le terrain. » Selon les dernières informations, à Mossoul, où vivaient 30 000 chrétiens, il ne reste aujourd’hui qu’une vingtaine de familles.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.