GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Juin
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Aujourd'hui
Mardi 25 Juin
Mercredi 26 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Football: suivez en direct le match Mali-Mauritanie en Coupe d'Afrique des nations 2019
    • «L'armée américaine n'a rien à faire dans le Golfe», dit l'Iran
    • Football: la Tunisie et l'Angola font match nul 1-1 dans le groupe E de la CAN 2019
    • Mondial féminin 2019: les Etats-Unis éliminent l'Espagne (2-1) et affronteront la France en quarts de finale vendredi 28 juin
    • Migrants: le Mexique déploie près de 15000 policiers et soldats à la frontière avec les États-Unis (officiel)
    Moyen-Orient

    Un chef militaire du Hezbollah libanais aurait été tué en Irak

    media Un combattant de l'EI monte la garde à un checkpoint dans la ville de Mossoul, le 11 juin 2014. Reuters/Stringer

    Au Liban, un chef militaire du Hezbollah a été enterré, mercredi 30 juillet, dans son village natal, dans l'est du pays. Ibrahim Abdallah, présenté comme un spécialiste de la formation, aurait été tué au combat près de Mossoul, une ville du nord de l'Irak, tombée le mois dernier aux mains des jihadistes de l'Etat islamique (EI). Il semblerait donc que des combattants du mouvement chiite libanais, qui se battaient déjà en Syrie aux côtés des forces gouvernementales du président Bachar el-Assad, soient aussi engagés contre les milices sunnites de l’EI sur le front irakien.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    Ibrahim Abdallah, plus connu sous son nom de guerre « Abou Mohammad Sleimane », a été enterré cette semaine dans son village natal de Machghara, dans l'est du Liban. Dans un communiqué laconique, le Hezbollah indique qu'il est « mort en accomplissant son devoir de jihad », une formule généralement utilisée pour les combattants tués en Syrie.

    Mort au jihad

    Mais des sources concordantes assurent qu'Ibrahim Abdallah est mort en Irak, plus précisément dans la région de Tall Aafar, près de Mossoul, dont les habitants sont en majorité des chiites d'origine turkmène. Son décès confirme l'implication du Hezbollah dans le conflit en Irak. Sa mission consistait à former les milices chiites, qui combattent les jihadistes sunnites.

    Selon des sources bien informées à Beyrouth, le Hezbollah aurait récemment envoyé en Irak des dizaines de conseillers militaires pour encadrer et organiser les milices chiites. Contrairement à la Syrie, le parti n'aurait pas dépêché des troupes en Irak, où les chiites ont surtout besoin d'expertise et d'expérience et non pas d'hommes. Ensuite, le Hezbollah, qui déploie des milliers de combattants en Syrie, n'a pas les moyens d'en faire de même en Irak, sans prendre le risque de dégarnir le front du Liban-Sud, avec Israël.

    Plusieurs missions

    Les mêmes sources ajoutent qu'Abou Mohammad Sleimane n'en n'était pas à sa première mission en Irak. Il avait effectué plusieurs séjours dans ce pays avant 2010, pour former les groupes chiites qui combattaient les troupes américaines.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.