GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Irak: le controversé al-Maliki s’accroche au poste de Premier ministre

    media Le Premier ministre irakien Nuri al-Maliki lors d'une interview à Bagdad, le 12 janvier 2014. REUTERS/Thaier Al-Sudani/Files

    En Irak, la nouvelle avancée fulgurante des combattants de l’EI, face aux Kurdes depuis une semaine est en partie le résultat de la crise politique sans précédent que connaît le pays. Sans Premier ministre quatre mois après les législatives, le Premier ministre sortant, Nouri al-Maliki ne veut pas quitter son poste malgré les vives critiques qu'il suscite. Aujourd'hui, il a jugé toute tentative de l'écarter comme étant «anticonstitutionnelle».

    Le mois dernier, les députés irakiens avaient surmonté leurs divisions pour élire les présidents de la République et du Parlement. Mais le choix d'un Premier ministre, qui selon la Constitution irakienne doit être choisi parmi le bloc qui a gagné les élections pose problème.

    C'est donc Nouri al-Maliki, à la tête du bloc de « l'Etat de droit », bloc à majorité chiite qui devrait être reconduit. Mais les critiques fusent de toutes parts contre sa politique jugée sectaire et qui lui a mis à dos à la fois les sunnites et les Kurdes.

    Même ses anciens alliés chiites, dont les autorités religieuses en Irak comme en Iran évoquent son départ. Le chef du clergé chiite irakien, l'ayatollah Ali Sistani, d'habitude discret, a dans une allusion claire appelé les dirigeants irakiens à ne pas s'accrocher à leurs postes.

    De son côté, Nouri al-Maliki s'accroche à l'argument de la Constitution. « Toute démarche constitutionnelle doit respecter la volonté du peuple qui est la source de tous les pouvoirs. Cela exige le respect des engagements constitutionnels, loin des intérêts particuliers et de toutes interférences. Nous refusons toute ingérence dans nos problèmes, qu’elle vienne de l’intérieur ou d’un état étranger, affirme-t-il. Par conséquent, les responsables irakiens doivent se porter garants de la Constitution et ne pas céder face aux critiques. Toute rupture dans le processus constitutionnel ouvrira les portes de l'enfer sur l'Irak. » Nouri al-Maliki sait aussi que peu de candidats se bousculent pour le remplacer.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.