GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Hillary Clinton s'en prend à la politique d'Obama en Syrie

    media Hillary Clinton, le 31 janvier 2013, à la veille de la fin de ses fonctions de secrétaire d'Etat. REUTERS/Yuri Gripas

    Dans une interview au magazine américain Atlantic, Hillary Clinton critique le président Obama. Elle lui reproche de n’avoir pas aidé militairement les rebelles opposés au régime de Bachar el-Assad, ouvrant involontairement la voie à la naissance de ce qui allait devenir l’État islamique.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    Hillary Clinton reproche à Barack Obama d’avoir créé un vide qui a été rempli par les jihadistes en refusant d’armer ceux qui s’opposaient à Bachar el-Assad dès le début de leur rébellion, il y a trois ans. Lorsqu’elle était secrétaire d’État, elle avait encouragé le président à bâtir une armée crédible avec ceux qui avaient organisé les premières manifestations et qui étaient beaucoup moins radicalisés que les intégristes de l’État islamique. Mais son conseil avait été ignoré.

    Hillary Clinton estime que son ancien patron n’a pas de véritable doctrine de politique. Dans l’interview à l’Atlantic, rappelant le slogan d’Obama « Ne pas faire de choses idiotes », elle dit que « les grandes nations ont besoin de principes directeurs et "ne pas faire de choses idiotes" n’en est pas un ».

    Elle s’inquiète aussi, à l’instar des républicains, de la capacité des groupes jihadistes à essaimer, présentant un danger pour l’Europe et les États-Unis.

    Ce n’est pas la première fois que l’ex-première dame américaine critique Barack Obama. Dans son dernier livre paru en juin « Le temps des décisions », elle avait déjà tiré les premières salves contre la politique syrienne du président, à qui elle reconnaît aussi d’énormes talents. Mais dans la perspective d’une probable candidature à la Maison Blanche en 2016. elle tient tout de même à prendre ses distances avec un homme dont la politique étrangère ne recueille l’approbation que de 37% des Américains.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.