GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Nouveau Premier ministre: rejet de Maliki et soulagement des Irakiens

    media Le Premier ministre déchu Nouri al-Maliki a dénoncé ce qui constitue selon lui «une dangereuse violation» de la Constitution irakienne. REUTERS/Thaier al-Sudani/Files

    Le Premier ministre sortant Nouri al-Maliki a rejeté la nomination du nouveau chef de gouvernement Haïdar al-Abadi, ce lundi 11 août. Selon lui, c'est une dangereuse violation de la Constitution soutenue par les États-Unis, Washington, qui a lâché son ancien allié très contesté, y compris dans son propre camp. Le président Barack Obama a appelé à une transition pacifique.

    Nouri-al Maliki n'accepte pas le nouveau Premier ministre. Le Premier ministre sortant, qui briguait un troisième mandat, a déclaré lundi que la nomination de son successeur constituait une violation de la Constitution :

    « Nous assurons à tous les Irakiens et à tous les partis politiques que cette nomination n'a aucune importance parce qu'elle a été faite en dehors des procédures constitutionnelles et la résolution de la cour fédérale a été claire. Nous n'acceptons pas cette violation de Constitution puisque nous faisons partie de ceux qui ont créé cette Constitution et ce processus démocratique. Donc, soyez bien sûrs que nous maintenons notre candidature ».

    Toutefois, ce rejet ne devrait pas avoir d'incidence sur la transition politique. Le chef du gouvernement sortant a perdu l'appui d'une partie de ses alliés politiques. Hier, lundi, l'Alliance nationale, le principal bloc chiite au Parlement, a désigné le vice-président de l'Assemblée Haïdar al-Abadi pour succéder à Nouri al-Maliki.

    Il y a l'espoir que certaines tribus sunnites qui ont apporté leur soutien à l’État islamique, parce qu'elles étaient désespérées par Nouri al-Maliki prennent leurs distances avec cette organisation.

    Karim Pakzad

    Chercheur à l'Institut des relations internationales et stratégiques à Paris

    12/08/2014 - par Aude Villiers-Moriamé Écouter

    « Un gouvernement ouvert, capable de contrer la menace de l'État islamique »

    Le président Fouad Massoum a donné son feu vert. « Le pays est entre vos mains », a-t-il lancé à celui qui dispose à présent de trente jours pour former un nouveau gouvernement. « Ce sera un gouvernement ouvert, capable de contrer la menace de l'État islamique et de construire un avenir meilleur pour les Irakiens de toutes les communautés », a fait savoir Haïdar al-Abadi.

    Aussitôt désigné, le Premier ministre a reçu le soutien des États-Unis qui ont tenu à mettre en garde Nouri al-Maliki contre toute tentative de s'opposer à la formation d'un nouveau gouvernement. Les Nations unies ont également lancé un appel au calme, exhortant les forces armées à rester dans leurs casernes.

    La députée Manal Finjal de l'Alliance nationale irakienne, la coalition chiite au Parlement, fait part de son soulagement après cette nomination :

    « Quand le président Fouad Massoum a chargé le Docteur Haïdar al-Abadi de former un gouvernement, les habitants de Bagdad ont été soulagés. C'était vraiment inquiétant de ne pas avoir une personnalité à même de former un nouveau gouvernement. Ce qui s'est passé ce lundi est donc un immense pas dans la bonne direction. Nous sommes sur la bonne voie pour avoir un nouveau gouvernement et un nouvel Etat irakiens. Je pense qu'Haïdar al-Abadi est l'homme de la situation. Il a reçu une excellente formation et, en ce qui concerne les dossiers politiques, il a la réputation d'être équilibré. C'était un bon choix. Je pense que les ardeurs de l'ancien Premier ministre Nouri al-Maliki vont se calmer avec le temps. Il est sous la pression des partis irakiens, de la communauté internationale et de plusieurs pays de la région. Donc sa réaction ne nous fait pas peur ».

    Un souvenir douloureux pour les Irakiens

    Après huit ans passés à la tête du gouvernement, Nouri al-Maliki ne laisse qu’un souvenir douloureux aux Irakiens, et les Kurdes ne font pas exception, comme le rapporte notre envoyée spéciale à Erbil, Aabla Jounaïdi. Ce qu’ils retiennent, c’est la politique prochiite de l’ex-Premier ministre.

    « Il a divisé le peuple irakien entre chiites et sunnites, explique Nabil, gardien d’immeuble. Moi, en tant que kurde, je ne peux pas aller à Bagdad. Je suis pourtant Irakien, et c’est l’Irak ! Il porte la responsabilité de cela depuis qu’il a pris le pouvoir. Il est responsable ».

    Le successeur de Maliki, Haïdar al-Abadi n’est pas connu à Erbil. Mais Eness pense qu’il poursuivra la politique de son prédecesseur : « C’est pareil, ce sera de l’injustice. Tout pour les chiites. Il l’a redit à la télévision, il n’a parlé que des chiites. Voilà pourquoi personne n’aime Maliki ici ».

    Ce n’est pas l’avis de Fouad, qui veut lui laisser sa chance. Après tout, les circonstances le commandent, dit-il : « Sincèrement, je ne connais pas cette personne : ni son parcours, ni son caractère, ni sa méthode. Mais j’espère qu’il pourra régler nos problèmes de façon pacifique pour permettre à tous les peuples et les minorités de coexister ». De l’avis de tous ces habitants, la politique menée envers les Kurdes sera un bon indicateur pour jauger du sérieux de Haïdar al-Abadi.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.