GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Avec notre envoyée spéciale et notre correspondant, retour sur le scrutin de dimanche et point sur les premières tendances qui semblent se dessiner.

    Dernières infos
    • Les prix du pétrole grimpent de plus de 10% après les attaques contre l'Arabie saoudite
    Moyen-Orient

    Irak: la France va livrer des «armes sophistiquées» aux Kurdes

    media Les forces kurdes peshmergas patrouillent durant une opération contre l'Etat islamique à Makhmur, le 7 août 2014. REUTERS/Stringer

    La France acheminera « dans les heures qui viennent », ce mercredi 13 août, des armes destinées aux forces kurdes irakiennes qui combattent les jihadistes de l'Etat islamique, a annoncé le président français François Hollande dans un communiqué. Le ministre des Affaires étrangères parle d'armes « sophistiquées »

    Après les Etats-Unis, la France va donc équiper militairement les forces du Kurdistan autonome, aujourd'hui en première ligne face à la poussée des jihadistes. Hier, la Grande-Bretagne a annoncé de son côté qu'elle acheminera des armes fournies par d'autres Etats.

    Le communiqué de l'Elysée indique que cette livraison d'armes aux peshmergas a été décidée en coordination avec les autorités de Bagdad. Interrogé par TF1, le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a annoncé que des « armes sophistiquées » serait livrées dans les prochaines heures, sans préciser toutefois la nature et la quantité de ces armements. « On ne livre pas le plan de la bataille de ses amis à leurs adversaires. Mais cela répond exactement aux besoins urgents des Kurdes », a déclaré Laurent Fabius.

    D'après le colonel Michel Goya, directeur du bureau de recherche au Centre de doctrine d’emploi des forces de l’armée française, les armes livrées aux combattants kurdes ne seront pas prélevées des dépôts français. « Ce n’est pas comme ça que ça se passe. C’est plutôt un armement acheté sur le marché de l’occasion, qui passe par des tiers et qui est financé aussi souvent par d’autres tiers. C’est comme ça qu’on a procédé en Libye et c’est ce vers quoi on se dirige », analyse-t-il.

    L’Union européenne n’est pas encore parvenue à s’entendre

    Hier, mardi, les ambassadeurs de l'Union Européenne (UE) à Bruxelles se sont réunis en urgence pour évoquer ce sujet brûlant des livraisons d'armes mais sans parvenir à s'entendre sur une position commune. La question sera de nouveau évoquée lors de la réunion au niveau ministériel, cette fois, que la France et l'Italie demandent à leurs partenaires européens. « Je sais bien que dans les pays occidentaux, c’est la période des vacances, mais enfin, quand il y a des gens qui meurent, j’allais dire qui crèvent, il faut revenir de vacances », s’est indigné Laurent Fabius, le chef de la diplomatie française, ce mardi, tandis que les capitales de l’UE se sont mises d’accord, ce jour-là, pour « renforcer de toute urgence la coordination humanitaire et accéder aux populations déplacées » en Irak et pour laisser les Etats membres qui le souhaitent livrer des armes aux combattants kurdes.

    Paris a donc décidé d'agir sans attendre. Il s'agit de répondre aux demandes kurdes en termes d'armement et de munitions, demandes exprimées notamment lors de la visite de Laurent Fabius dimanche dernier à Erbil, la capitale du Kurdistan autonome. Cette décision française est lourde de sens : il s'agit très officiellement de livrer des armes pour combattre l'Etat islamique, ce groupe dont la progression en Irak comme en Syrie s'accompagne d'exactions et d'exodes massifs de populations civiles.

    Un geste salué

    L'annonce est en tout cas largement saluée. Frédéric Tissot, ancien consul de France à Erbil, se dit « très satisfait de la décision de notre chef des armées de participer à la protection des minorités irakiennes, notamment chrétiennes et yazidies. » Il dit espérer que ces armes permettront aux peshmergas de repousser les forces jihadistes.

    Les combattants peshmergas applaudissent l’initiative française, nous rapporte notre envoyée spéciale dans le Kurdistan irakien, Aabla Jounaïdi. Ils rappellent à l’envi le rôle positif de la France dans l’histoire de la lutte kurde contre Saddam Hussein. Si en France comme à Erbil, personne ne s’exprime sur la nature et l’ampleur de l’armement fourni, les besoins des peshmergas en armement lourd ont été exprimés à de nombreuses reprises par les combattants et par le président de la région autonome Massoud Barzani. Un responsable peshmerga rencontré après l’annonce officielle estime que l’annonce de la livraison d’armes par la France est de nature à remonter le moral des troupes qui combattent avec des armes trop légères pour faire face aux tanks et à l’armement lourd de l’État islamique.

    Les Kurdes voient aussi ce soutien international accru comme une reconnaissance de leur rôle de rempart contre l’avancée jihadiste qu’ils affrontent depuis deux mois et pour protéger les minorités menacées par l’État islamique, notamment les Yézidis coincés dans les montagnes kurdes de Sinjar. C’est un des facteurs qui a poussé les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France à agir : éviter une catastrophe humanitaire de grande ampleur.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.