GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Irak: «Nous ne faisons pas confiance à l’armée irakienne ni à Bagdad»

    media Des peshmergas, les combattants kurdes, lors de combats face aux jihadistes de l'Etat islmaique, près de Makhmour, le 6 août. REUTERS/Stringer

    En Irak, ils sont en première ligne pour combattre l’Etat islamique. Les combattants kurdes, les peshmergas, demandent de l’aide aux Etats-Unis et à l’Europe pour faire face à la menace. Entretien avec le général Hikmet Mela Ali, porte-parole des peshmergas.

    Hikmet Mela Ali : Nous avons reçu de l’aide américaine et de l’aide irakienne. Ce qui est arrivé à Erbil pour l'instant, c'est de l'équipement d’artillerie. Je ne peux pas vous donner de détails ni de chiffres à ce sujet. Mais nous espérons davantage d’aide. Et cela va continuer.

    Nous avons passé un accord avec le gouvernement irakien et les États-Unis pour la mise en place d’une chambre d’opération commune. Elle est basée ici à Erbil. Nous travaillons ensemble avec des officiers américains et des officiers du ministère de la Défense irakien.

    RFI : Y aurait-il eu une coopération entre les Kurdes et Bagdad, sans la présence des Américains ?

    Non, parce que nous ne faisons pas confiance à l’armée irakienne ni à Bagdad. Nous les avons éprouvés durant huit ans. Nous avons essayé de négocier avec Bagdad sur la question de l'armement, de la mise en place d'une armée au Kurdistan. Nous les connaissons trop bien. Il nous faut une assurance, quelqu’un qui se place entre nous deux.

    Quelle collaboration y a-t-il entre les combattants kurdes ?

    Nous travaillons ensemble à notre intérêt commun. La coopération, elle se voit tous les jours sur le terrain. Nous avons combattu ensemble à Makhmour, avec le PKK qui se trouve dans le camp de Makhmour. Dans les montagnes du nord-ouest, ce sont les Kurdes de Syrie qui luttent contre l’État islamique et pour se protéger, protéger leurs familles. Nous sommes tous Kurdes, avant tout.

    Attendez-vous également de l’aide de la part de l’Union européenne ?

    Évidemment. Nous nous battons contre des éléments du terrorisme international. Nous attendons l’aide de l’Europe et celle de tous nos amis dans le monde.

    Avez-vous le sentiment de protéger l’Occident en combattant l’État islamique ?

    Nous défendons l’humanité. L’État islamique n’est pas une organisation. C’est un groupe d'odieux terroristes qui sévissent dans cette région et s’en prennent à l’humanité. C’est l’humanité qu’ils visent. Par conséquent, ils sont un danger pour la région comme pour le monde entier.

    Est-ce que dans cette crise, vous voyez des points positifs pour les Kurdes, pour la lutte des Kurdes ?

    Bien sûr il y a des points positifs. Nous nous rapprochons entre Kurdes jour après jour. Nous voyons que nous avons beaucoup d’amis dans le monde et puis nous voyons qui sont nos véritables alliés, en Europe et dans le monde. Il y a un proverbe kurde qui dit : « Le Kurde n’a d’ami que la montagne ». Maintenant, nous constatons qu’on a des soutiens dans le monde entier. J’en profite pour dire que nous n’oublierons jamais le rôle historique de la France qui nous a toujours soutenus dans notre cause. En particulier, le rôle de François Mitterrand pour protéger notre peuple de l’aviation irakienne il y a 20 ans. François Mitterrand était l’ami de nos dirigeants et de notre peuple.

    Pensez-vous néanmoins que vos amis sont intervenus trop tard cette fois ?

    Oui c’est certain. Il aurait été préférable qu’ils interviennent plus tôt. Comme il serait préférable qu’ils s’impliquent davantage désormais.

    Avez-vous été surpris par la puissance de l’offensive jihadiste sur le territoire kurde ?

    Non, la nature de leur combat est claire. Ce qui nous a surpris, en revanche, c’est la quantité d’armes qu’ils sont parvenus à amasser.

    Justement, en France, il y a un débat précisément parce que certains craignent qu’en cas d’aide militaire aux Kurdes, des armes puissent être récupérées par l’État islamique. Qu’en pensez-vous ?

    Je ne comprends pas cette crainte, vraiment. Les Kurdes n’ont pas perdu une kalachnikov depuis le début des combats contre l’État islamique. C’est l’armée irakienne qui a abandonné son armement à l’État islamique !

    Quel est votre objectif final, général Mela Ali ? Éliminer l’État islamique ou bien libérer le Kurdistan ?

    Nous allons procéder par étapes. D’abord, nous voulons évacuer nos populations qui sont encerclées dans la montagne de Sinjar, dans le nord-ouest du Kurdistan. Ensuite, il nous faut reprendre le territoire kurde qui a été conquis récemment par l’État islamique. Chaque chose en son temps.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.