GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Soutien international pour le Premier ministre désigné Haïdar al-Abadi

    media Haïdar al-Abadi (g) a été chargé, lundi 11 août, par le président irakien de former un nouveau gouvernement. REUTERS/Ahmed Saad

    En Irak, Nouri al-Maliki a encore affirmé, ce mercredi, qu'il ne quittera le pouvoir que si la Cour fédérale qu'il a saisie en décide ainsi. En attendant, le Premier ministre désigné pour lui succéder, Haïdar al-Abadi, a déjà reçu un soutien massif de la communauté internationale, de Washington à Téhéran en passant par Riyad. Un consensus qui dépasse les clivages de la région.

    Le choix de Haïdar al-Abadi a été salué à Washington comme à Téhéran. Malgré leur hostilité vieille de 35 ans, les États-Unis et l'Iran sont, en effet, les deux grands alliés de l'Irak. Pour les Américains, qui ont envahi le pays en 2003 et l’ont occupé jusqu’en 2011, il est indispensable d’entretenir les meilleures relations possibles avec le nouveau pouvoir qu’ils ont contribué à mettre en place. Pour les Iraniens chiites, la chute de Saddam Hussein a permis l’arrivée au pouvoir de la majorité chiite irakienne, renforçant ainsi l’influence régionale de Téhéran.

    Un double soutien dont a bénéficié Nouri al-Maliki, ces dernières années. Mais ce dernier a fini par devenir l'abcès de fixation de la crise irakienne, menant son pays au bord du gouffre. Le soutien des Américains et des Iraniens à son successeur désigné résonne aussi comme un lâchage de Nouri al-Maliki.

    Sunnites et chiites

    La désignation de Haïdar al-Abadi est également applaudie par les pays sunnites de la région : Turquie, Qatar, Koweït et surtout le géant saoudien, où le roi Abdallah a adressé ses félicitations à celui qui doit encore être investi Premier ministre à Bagdad.

    L'Irak est, aujourd'hui, l'un des pays où se joue la vaste confrontation entre sunnites et chiites (à laquelle on assiste également en Syrie et au Liban) et Nouri al-Maliki est fortement critiqué pour la politique d'exclusion de la minorité sunnite qu'il a menée ces dernières années.

    Aujourd'hui, si Haïdar al-Abadi réunit un tel consensus, dans la région comme en Occident, c'est précisément parce qu'il incarne la possibilité d'une autre ligne que celle de Nouri al-Maliki. Et peut-être la dernière chance pour l'Irak d'éviter l'éclatement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.