GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Foot: la Secrétaire générale de la FIFA va jouer le rôle de "déléguée générale pour l'Afrique" durant 6 mois à la demande de la CAF
    • Syrie: quatorze civils ont été tués, dont deux secouristes, dans des frappes du régime (ONG)
    • Nucléaire-EPR de Flamanville: les réparations ne pourront pas être faites avant fin 2022 (ASN)
    • Turquie-procès du putsch manqué en 2016: vingt-quatre condamnations à la prison à vie (agence)
    • Arabie: une usine de dessalement a été visée par une attaque des rebelles yéménites (coalition)
    • Intempéries: à Toulouse, le métro et le train sont perturbés après de violents orages nocturnes
    • Syrie: d'après l'OSDH, plus de 100 combattants (soldats syriens et jihadistes) ont été tués en deux jours dans la région d'Idleb
    • Drone américain abattu: les frontières sont «notre ligne rouge», dit un général iranien
    • Décès de Morsi: l'Egypte dénonce les accusations «irresponsables» de la Turquie
    Moyen-Orient

    Irak: Nouri al-Maliki jette l’éponge et cède la place à Haïdar al-Abadi

    media Nouri al-Maliki a accepté de reconnaître la nomination d'Haïdar al-Abadi comme npouveau Premier ministre irakien. REUTERS/Ahmed Jadallah

    Nouri al-Maliki renonce à un troisième mandat. Après huit ans au pouvoir, l'ancien Premier ministre irakien reconnait sa défaite et dit vouloir soutenir désormais son successeur désigné, Haïdar al-Abadi. C'est la fin d'une âpre bataille politique de cinq jours à Bagdad.

    « J'annonce devant vous le retrait de ma candidature en faveur du frère Haïdar al-Abadi », a déclaré, jeudi soir l'ex-homme fort de Bagdad, dans une allocution à la télévision. Nouri al-Maliki n'avait guère plus le choix. Il est désormais totalement isolé.

    Le lâchage de l'Iran a été fatal à Nouri al-Maliki

    Sur la scène intérieure, l'ensemble de la classe politique irakienne s'est retournée contre lui - y compris désormais son propre parti, qui a désigné un autre candidat pour devenir Premier ministre. A l’extérieur, toute la communauté internationale l'a lâché : les Etats-Unis, l'Europe, les pays arabes et, surtout, l'Iran.

    Les autorités iraniennes se sont retournées contre lui lorsqu'elles ont compris qu'il était incapable de faire face à l'Etat islamique. A compter du 10 juin et de la chute de Mossoul, les partisans de Nourri al-Maliki au sein du régime iranien ont été obligés de céder face à tous ceux qui souhaitaient s'en débarrasser. Le résultat, ce fut ce lâchage officiel au profit de Haidar al-Abadi, en début de semaine.

    « L’Iran essaie de s’adapter à la situation politique et sécuritaire en Irak, estime le politologue Hamid Nasser, consultant d’International Crisis Group à Bagdad. L’Etat islamique menace désormais les frontières iraniennes et Nourri Al-Maliki a totalement échoué sur ce volet sécuritaire. En outre, l’Iran ne s’attache absolument pas aux personnes – pour Téhéran ce qui compte, c’est la protection de la communauté chiite. Téhéran n’a donc aucun problème avec un changement de premier ministre. »

    Ce lâchage a été fatal à Nourri al-Maliki qui avait fondé toute sa politique étrangère sur son alliance avec Téhéran, au détriment de sa relation avec les Etats-Unis et encore plus avec les pays arabes sunnites de la région. C'est aussi l'Iran qui formait et qui équipait en partie les milices chiites dont Nourri al-Maliki avaient besoin pour conserver le pouvoir. Sans le soutien de l'Iran, Nourri Al-Maliki perdait le seul atout qui lui aurait permis concrètement de se maintenir au pouvoir à Bagdad.

    Former un gouvernement d'union nationale

    Accusé d'être le principal responsable du chaos actuel en Irak en raison de sa politique d'exclusion des sunnites et de son autoritarisme, Nouri al-Maliki, avait pourtant tenté le tout pour le tout : il avait porté plainte, d'abord contre le président irakien Fouad Massoum, ensuite contre son successeur désigné Haïdar al-Abadi, leur reprochant de violer la Constitution. Le déploiement des forces militaires à Bagdad avait même laissé craindre un passage en force.

    Finalement Nouri al-Maliki cède donc sa place et dit même vouloir soutenir le nouveau Premier ministre désigné, Haïdar al-Abadi - un adversaire avec lequel il partage un trajectoire politique commune -. Réputé plus ouvert au dialogue, il incombe maintenant à ce dernier de former un gouvernement d'union nationale et il a moins d'un mois pour ce faire.

    Il lui appartient aussi de restaurer l’intégrité territoriale du pays dont une bonne partie est dominé par l'Etat islamique qui perd du terrain près de Sinjar et autour d’Erbil, les bombardements américains aidant, précisent nos envoyés spéciaux, Aabla Jounaïdi et Boris Vichtih. Les Kurdes estiment qu’ils seront d’autant plus fort pour combattre l’Etat islamique, qu’ils auront le soutient de Bagdad, le départ définitif de Nouri al-Maliki est sans doute un premier pas dans la bonne direction.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.