GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 2 Octobre
Lundi 3 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Irak: l'Etat islamique affirme avoir décapité un journaliste américain

    media Extrait de la vidéo montrant la probable exécution du journaliste James Foley par l'Etat islamique. REUTERS/Social Media Website via REUTERS TV

    L'Etat islamique répond aux frappes aériennes américaines en Irak : dans une vidéo, aux images terribles, diffusée sur internet, le groupe jihadiste affirme avoir décapité un journaliste américain, James Foley, enlevé il y a deux ans en Syrie, et menace d'en exécuter un autre. Sur le terrain, l'armée irakienne a lancé une nouvelle offensive d'ampleur vers Tikrit.

    Avec notre correspondante à New York, Elisabeth Guédel

    Dans cette vidéo de cinq minutes, tournée en plein désert, on y voit un homme tout en noir, masqué, qui semble couper la gorge du journaliste et l’exécuter. James Foley est, lui, vêtu d’une tunique orange rappelant celle des prisonniers de Guantanamo. En anglais, avec un fort accent britannique, l'homme menace d’exécuter un autre journaliste américain, montré lui aussi dans la vidéo si Barack Obama n’arrête pas sa campagne de frappes contre les jihadistes en Irak.

    James Foley a été enlevé en Syrie en novembre 2012. C’était un journaliste expérimenté, il a couvert les guerres en Afghanistan et en Irak. En Libye, il avait déjà été pris en otage durant 6 semaines.

    Dès la diffusion sur internet de la vidéo intitulée Un message pour l'Amérique, les renseignements américains étaient à pied d’oeuvre pour en vérifier l’authenticité. La famille de James Foley confirme de son côté la mort du journaliste. « Nous n'avons jamais été plus fiers de notre fils. Il a donné sa vie en tentant de montrer au monde la souffrance du peuple syrien », écrit la mère du reporter. Barack Obama pourrait, lui, s’exprimer ce mercredi. Le président américain qui se félicitait, encore lundi dernier, de l’efficacité des frappes contre l’Etat islamique en Irak.

    Colonne de véhicules de l'armée irakienne, vers le barrage de Mossoul, le 19 août 2014. REUTERS/Stringer

    Offensive de grande ampleur

    L’offensive de grande ampleur lancée par l’armée irakienne pour reprendre Tikrit à l’Etat islamique a commencé, nous indique notre envoyée spéciale en Irak, Aabla Jounaïdi. C’est la deuxième du genre. Renforcée par des volontaires chiites et des hélicoptères, l’armée avait d’abord réussi - selon ses responsables - à avancer vers l’ancien bastion de Saddam Hussein à partir du Sud et du Sud-Ouest.

    Les soldats et les miliciens ont repris la région de Chichine au sud-ouest, aidée par des bombardements de l’aviation, y compris dans les zones habitées. Mais la forte résistance des jihadistes, ainsi que la présence de mines et de tireurs embusqués aux abords de la ville ont provoqué le retrait des forces gouvernementales.

    Les combats se poursuivent autour de Mossoul. Cette fois avec les forces kurdes. Après la reprise confirmée hier du barrage, il s’agit désormais de pousser l’avantage et de reprendre des secteurs tenus par l’Etat islamique autour de ce lieu stratégique. Les localités qui, avant août, étaient peuplés de minorités chrétiennes notamment. Les hommes au sol sont toujours aidés par les raids américains qui frappent les positions des jihadistes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.