GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Nouveau bilan macabre en Syrie: 191 000 morts en 3 ans selon l'ONU

    media Dans le quartier Qadi Askar à Alep en Syrie, le 10 août, 2014 REUTERS/Rami Zayat

    Plus de 191 000 morts. Selon l'ONU, voilà le nouveau bilan de la guerre en Syrie. Le conflit entre l'armée et les rebelles dure depuis maintenant plus de trois ans. Un conflit qui s'enlise et semble impossible à résoudre aujourd'hui. Pour l'ONU c'est la communauté internationale qui est responsable de la prolongation des combats.

    Le dernier bilan de l'ONU témoigne bien de la violence de cette guerre. En un an seulement, le nombre de victimes a été multiplié par deux. Il est passé de 100 000 à près de 200 000. Difficile de savoir combien parmi elles étaient des civils. L'ONU a en tout cas recensé les décès de près de 9 000 mineurs, dont 2 000 âgés de moins de 10 ans. Un chiffre sans doute en deçà de la réalité puisque l'âge des victimes n'est souvent pas mentionné dans les rapports.

    Navi Pillay, la haute commissaire de l'ONU aux droits de l'homme ne mâche pas ses mots : « Les assassins, les destructeurs et les tortionnaires en Syrie et en Irak ont été encouragés et enhardis par la paralysie internationale ». L'ONU détient depuis longtemps la preuve que des crimes contre l'humanité et des crimes de guerre ont été commis en Syrie. A la fois par le régime de Bachar el-Assad, mais aussi par les différentes factions rebelles. Et malgré cela, le Conseil de sécurité n'a toujours pas saisi la Cour pénale internationale. La Russie et la Chine y opposent leur veto. Pour la haute commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, la situation est « scandaleuse ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.