GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Birmanie: les violences contre les Rohingyas sont «inexcusables», dit Pence à Aung San Suu Kyi
    • L'opposant Navalny annonce avoir finalement été autorisé à quitter la Russie pour Strasbourg
    • Budget: Rome demande à Bruxelles de la «flexibilité» pour le pont de Gênes et les intempéries
    • France: le gouvernement veut supprimer les chaudières au fioul d'ici 10 ans
    Moyen-Orient

    Irak: l’ONU prévient d'un possible massacre à Amerli

    media A Amerli, un combattant chiite monte la garde, le 4 aoput 2014. AFP PHOTO / ALI AL-BAYATI

    En Irak alors que l’armée tente de faire face à la poussée de l’Etat l’islamique, les Nations unies ont mis en garde, samedi 23 août, contre le risque d'un massacre dans la ville d'Amerli. Cette ville à majorité chiite située à 160 kilomètres au nord de Bagdad est assiégée depuis des semaines par l'Etat islamique.

    Cette mise en garde de l'ONU intervient au lendemain de celle de l'ayatollah Ali al-Sistani, la plus grande autorité religieuse chiite d'Irak. Celui-ci a lancé un appel pour que soit brisé le siège que subissent les chiites turcophones d'Amerli. Début juin, l'Etat islamique s'était emparé de pans entiers du territoire dans le nord, l'ouest et l'est irakien, coupant la petite ville de 20 000 habitants du reste du territoire.

    La population n'a plus d'électricité, plus d'eau potable. « De jour en jour, la situation des habitants s'aggrave. De l'aide humanitaire leur a déjà été parachutée, mais elle se fait de plus en plus rare, et l'accès à la ville est impossible, affirme Eliana Nabaa, la porte-parole à Bagdad de la Mission d'assistance de l'ONU pour l'Irak. C'est pour ça que c'est alarmant, à cause du siège et de l'absence d'une aide appropriée et nécessaire qui permettrait de sauver ces vies. Nous craignons vraiment qu'il se passe la même chose qu'à Sinjar, si un effort concerté n'est pas lancé aussi vite que possible. »

    Dans la région de Sinjar, 200 000 habitants, yézidis et chrétiens ont dû fuir au début du mois d’août. Comme l'ONU, le premier ministre irakien, Haïder al-Abadi, a réclamé « des soutiens militaires et logistiques » pour briser le siège d'Amerli. En attendant, un colonel irakien a indiqué que des soldats irakiens étaient en train de prendre position au nord et au sud de la ville, pour une éventuelle contre-offensive.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.