GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 17 Décembre
Lundi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: libération du journaliste Peter Theo Curtis otage depuis 2 ans

    media Une capture d'écran des images diffusées par al-Jazira du journaliste Peter Theo Curtis, le 24 août 2014. REUTERS/Al Jazeera/Handout via Reuters

    Le journaliste américain Peter Theo Curtis a été libéré dimanche 24 août en Syrie. Il avait été enlevé il y a deux ans alors qu'il se rendait en Syrie pour un reportage. Une libération qui survient quelques jours après l'exécution par l'Etat islamique d'un autre journaliste américain, James Foley. Peter Theo Curtis aurait lui été détenu par le Front al-Nosra, la branche syrienne d'al-Qaïda.

    Peter Theo Curtis a été remis dimanche 24 août à un représentant des Nations unies en Syrie. Le journaliste américain avait disparu en octobre 2012. Ce reporter originaire de Boston se trouvait alors à Antioche, dans le sud de la Turquie. Il s'apprêtait à rejoindre la Syrie. Il aurait été enlevé dans cette ville puis transféré en Syrie, où il serait resté en captivité pendant presque deux ans.

    La dernière apparition de Peter Theo Curtis remontait au mois de juin : ses ravisseurs avaient diffusé une vidéo où l'on voyait le journaliste en bonne santé. Il déclarait ne manquer de rien et même s'être fait des amis durant sa captivité. Pour le moment, on ne connait pas l'identité de ses ravisseurs. Cette libération survient en tout cas quelques jours après l'exécution par l'Etat islamique d'un autre reporter américain, James Foley.

    Selon le Comité pour la protection des journalistes, à l'heure actuelle une vingtaine de journalistes sont portés disparus en Syrie. La majorité d'entre eux serait entre les mains de l'Etat islamique.

    Le Qatar aux manettes

    Selon la chaîne d'informations qatarienne Al-Jazeera, c'est le Qatar qui aurait permis la remise en liberté de Peter Theo Curtis. Ce n'est pas la première fois que le Qatar joue les médiateurs auprès de groupes extrémistes, rappelle notre correspondante à Doha Laxmi Lota, notamment en Syrie. En mars dernier, 13 religieuses qui avaient été kidnappées par les rebelles syriens du Front al-Nosra, avaient pu être libérées après des négociations menées par le Liban et le Qatar.

    L'émirat a aussi obtenu la libération du soldat américain Bowe Bergdhal en mai dernier. Il était détenu depuis cinq ans en Afghanistan. En échange, Doha a accueilli sur son territoire cinq prisonniers talibans.

    Avec cette nouvelle libération d'otage, le pays peut mettre en avant son rôle de médiateur efficace et utile auprès de mouvements radicaux. Mais il réfute les accusations de financement des islamistes. L'émirat s'est défendu dans un communiqué du ministre qatarien des Affaires étrangères ce week-end : « Le Qatar ne soutient aucun groupe extrémiste, l’émirat rejette leurs idées et leur violence », dit Khalid bin Mohammed al-Attyiah au sujet des liens présumes entre son pays et l'Etat islamique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.