GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Gaza: nouveaux raids aériens mais les banques rouvrent temporairement

    media Un Palestinien grimpe dans les décombres d'un immeuble à Gaza, le 25 août 2014. AFP PHOTO/ MAHMUD HAMS

    La bande de Gaza a connu un nouveau weekend meurtrier. L'armée israélienne a poursuivi ses frappes contre les positions du Hamas. Après la rupture, la semaine dernière, d'un cessez-le-feu de neuf jours, les espoirs d'une trêve s'amenuisent encore. Mardi 26 août, cela fera 50 jours qu'a débuté l'opération de l'armée israélienne « Bordure Protectrice », et l'on compte déjà près de 2 200 morts côté palestinien et 64 victimes côté israélien. Les banques ont ouvert exceptionnellement pour quelques heures ce lundi, chose qui n’était pas arrivée depuis longtemps. Une aubaine pour la population qui manque de liquide et qui s’organise tant bien que mal.

    L'opération contre le Hamas « se poursuivra jusqu'à ce qu'elle ait atteint son objectif [...] cela peut prendre du temps. » C'est ce qu'a annoncé ce weekend le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu. Dans la seule nuit de dimanche à lundi, l'armée israélienne a mené 16 attaques sur Gaza, tuant quatre Palestiniens et détruisant deux mosquées. Lundi 24 août au matin, huit Palestiniens sont morts dans des attaques aériennes menées par Tsahal. 

    Parmi les victimes du weekend, Mohamed al-Ghoul, un des principaux argentiers du Hamas. Depuis la fin de la trêve, mardi 19 août, l'armée israélienne n'hésite plus à tirer sur des bâtiments civils susceptibles d'abriter des responsables du Hamas. Les tirs de roquettes et de mortier ne faiblissent pas, Israël en a dénombré plus de quatre-vingt ce lundi. 

    Le Caire prône la voie de la négociation

    De son côté, Le Caire tente un nouvel effort pour faire redémarrer les négociations, lundi 25 août. Selon un responsable palestinien, l'Egypte pourrait de nouveau inviter Israël et l’autorité palestinienne à la table des négociations, et ce d'ici 48h. Mais côté israélien, la réponse est toujours aussi ferme : pas de négociations tant que les tirs de roquettes palestiniens sur Israël continueront. De son côté, le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas se prépare à réclamer au Conseil de sécurité de l'ONU, qu'il fixe une date butoir pour la fin de l'occupation israélienne des Territoires palestiniens. C'est ce qu'indique un responsable officiel.

    Mais c'est un autre deuil qui entache désormais la Palestine : celui de la rentrée des classes. Si les cloches des écoles ont sonné symboliquement dimanche 24 août à Gaza, un demi-million d'enfants palestiniens n'a pu reprendre les cours à cause de la guerre.

    Les banques ouvertes quelques heures

    C’est l‘affluence devant la banque de Palestine, dans le centre ville de gaza, nous rapporte l'envoyée spéciale de RFI à Gaza, Murielle Paradon. Les succursales étaient restées fermées ces derniers jours pour des questions de sécurité. Mais les autorités ont décidé de les rouvrir quelques heures, malgré les bombardements.

    Ahmed, en a profité : « Ca fait deux semaines que les banques étaient fermées. Je suis venu aujourd’hui pour retirer de l’argent pour mes besoins quotidiens, pour nourrir ma famille. Je n’avais plus rien, c’était impossible de retirer de l’argent. »

    Pour les commerçants de Gaza aussi, la réouverture même temporaire des banques est une bénédiction. « La décision de rouvrir les banques va alléger la situation, explique Abou Allah Aboush qui vend des produits alimentaires. D’abord pour la population pour qu’elle puisse retirer de l’argent mais aussi pour les commerçants, c’est essentiel. Il faut déposer de l’argent, faire marcher le commerce. Pour faire venir des produits qui viennent de l’extérieur, de la Turquie, d’Egypte ou d’ailleurs. » Ce commerçant espère que la réouverture des banques est un signe de normalisation, annonciatrice peut-être d’une nouvelle trêve.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.