GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 26 Juin
Jeudi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Cessez-le-feu à Gaza après 50 jours de guerre

    media Les Palestiniens célèbrent dans la rue le cessez-le-feu, à Gaza le 26 août 2014. REUTERS/Suhaib Salem

    Une trêve est en cours entre Israël et Gaza depuis la fin de ce mardi après-midi. Ce cessez-le-feu intervient au cinquantième jour de l'opération «bordure protectrice» menée par l'armée israélienne qui a fait plus de 2 100 victimes côté palestinien, et près de 70 côté israélien. Ce cessez-le-feu a été confirmé par tous les belligérants et devrait être suivi d'un allègement du blocus imposé en 2006, selon l'Egypte, qui tient rôle de médiateur depuis le début du conflit.

    Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

    L’accord porte sur une trêve illimitée qui commence par l’ouverture des points de passages entre Gaza et Israël pour faire circuler l’aide humanitaire et d’urgence. Il n’y a, par contre pas de passage de marchandises ou de voyageurs. Les eaux de pêche de Gaza sont aussi étendues de 3 à 6 miles nautiques.

    Dans un deuxième temps, au terme d’une accalmie d’un mois, les négociations indirectes entre Palestiniens et Israéliens reprennent au Caire. Elles portent sur la levée proprement dite du blocus : passage de marchandises pour la reconstruction de Gaza et de voyageurs vers ou de Cisjordanie. Les autres discussions portent sur la création d’un port et d’un aéroport conformément aux accords israélo-palestiniens d’Oslo et la libération de prisonniers palestiniens.

    En contrepartie, les Palestiniens devront donner des garanties de sécurité à Israël. Le terme « désarmement » du Hamas n’est pas utilisé mais les Egyptiens ont proposé une garantie par le biais d’observateurs internationaux et de l’autorité palestinienne de Mahmoud Abbas. Une Autorité chassée de Gaza depuis la prise de pouvoir par le Hamas en 2007.


    Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

    C’est officiellement à 19 h heure locale que le nouveau cessez-le-feu est entré en vigueur. Malgré tout, les tirs de roquettes se sont poursuivis pendant près d'une demi-heure. Auparavant, un obus de mortier avait provoqué la mort d’un Israélien dans un village proche de la frontière avec Gaza et avait blessé grièvement deux autres dont l'un a par la suite succombé à ses blessures.

    En principe, il s’agit d’une trêve sans limites de temps avec simultanément des négociations entre les parties au Caire avec une médiation égyptienne. En Israël, on souligne qu’il n’est pas question à ce stade d’ouverture maritime pour l'enclave palestinienne. Pas question non plus de libération de prisonniers ou de transfert de fonds aux dirigeants du Hamas.

    Mais on fait remarquer que pour la première fois on parle de mesures d’instauration de confiance entre Israël et le Hamas. C’est le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu lui-même qui a décidé d’accepter la proposition égyptienne de cessez-le-feu sans que le sujet ne soit débattu par le cabinet de sécurité. Au moins trois ministres s’opposent à cette décision, notamment le chef de la diplomatie israélienne, Avigdor Lieberman.


    Première apparition publique de chefs du Hamas et du Jihad islamique

    Plusieurs dirigeants du Hamas, le mouvement qui contrôle la bande de Gaza, et du Jihad
    islamique, la deuxième force dans l'enclave palestinienne, sont apparus ce mardi soir en public, pour la première fois depuis le début de la guerre avec Israël il y a 50 jours, au cours de laquelle l'aviation israélienne a mené deux raids contre des responsables du Hamas, tuant trois d'entre eux.

    Mahmoud Zahar, un haut dirigeant du Hamas dans la bande de Gaza et Mohamed al-Hindi, un des leaders du Jihad islamique, ont prononcé un discours devant des milliers de Palestiniens réunis dans le quartier de Rimal, dans l'ouest de la ville de Gaza. « Nous allons construire notre port et notre aéroport », a promis Zahar à la foule. « L'avenir est à nous, pas à l'occupant » israélien, a-t-il encore lancé, promettant de « reconstruire toutes les maisons » détruites durant la guerre.

    Selon le Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), 475 000 Gazaouis ont été déplacés, tandis que près de 55 000 maisons ont été touchées par les frappes israéliennes, dont au moins 17 200 totalement ou quasi-totalement détruites.
    RFI

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.