GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 30 Juillet
Dimanche 31 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Gaza : l'aide humanitaire arrive mais les Gazaouis attendent plus

    media De l'aide humanitaire et des produits de consommation commencent à entrer dans la bande de Gaza. De nombreux camions franchissent la frontière au point de passage de Kerem Shalom. Reuters

    L'accord de cessez-le-feu à Gaza prévoit un allègement du blocus sur Gaza. Seule application concrète pour l'instant : le passage de convois humanitaires par les points de passage. Les Gazaouis souhaiteraient surtout pouvoir circuler librement en dehors du territoire palestinien. Mais pour l'instant, les points de passage ne sont pas encore ouverts à tous. Idem concernant l'accord sur l'extension progressive de la zone de pêche. Pour le moment, il n'y a rien de concret pour les pêcheurs gazaouis.

    Avec notre envoyée spéciale à Rafah, Murielle Paradon

    Ils attendent à la cafétéria près du passage de Rafah, frontière entre la bande de Gaza et l’Egypte. Pour l’instant, seules les personnes malades ou les étrangers peuvent sortir. L’accord conclu au Caire ne prévoit pas, dans l’immédiat, de passage libre pour les Palestiniens. Malgré tout, Abdel Majid el Hilla, un étudiant gazaoui, est venu pour voir. « Il y a eu un accord déjà en 2008, un autre après la guerre de 2012, et rien ne s’est passé, déplore-t-il. Alors, avec l’accord d’aujourd’hui, on espère que ça va marcher, qu’on va pouvoir sortir. Moi je veux vraiment partir. »

    Abdel Majid rêve d’aller en Egypte et de rejoindre ensuite l’Europe pour étudier. Il n’y a aucun avenir pour lui à Gaza. Il lance le défi : « Trouvez-moi quelqu’un qui veut rester à Gaza ! Surtout après cette guerre ! En plus, il y a toujours le blocus dans la bande de Gaza. On veut vivre normalement comme tout le monde. Les jeunes ici n’ont pas un sou en poche. Que voulez vous que je fasse ici ? » La dureté de la guerre a renforcé le sentiment d’insécurité chez les Gazaouis. Beaucoup d’entre eux cherchent aujourd’hui à obtenir un passeport étranger et à fuir Gaza, à la recherche d’un avenir meilleur.

    Même constat chez les pêcheurs gazaouis, qui ont triste mine. L’extension de la zone de pêche de 3 milles nautiques à 6 milles, n’est pas vraiment une révolution pour eux. « Rien n’a changé pour nous ! Avant la guerre, on était à 6 milles, puis c’est passé à 3 la veille des combats, et là on revient à 6 milles ! Et dans cette zone, de toute façon, on ne trouve pas de poisson », s'énerve Ahmad el Ghasse.

    L’accord conclu entre Israéliens et Palestiniens prévoit une extension progressive de la zone de pêche jusqu’à 12 milles. Mais Maflah Abou Ryad, membre du syndicat des pêcheurs, se méfie des promesses : « Il y avait déjà eu un accord en 2012 avec Israël et l’Egypte ; il prévoyait d’étendre la zone de pêche jusqu’à 9 milles, mais les Israéliens ne l’ont pas mis en application. » Les pêcheurs gazaouis ne se font pas beaucoup d’illusions sur la possibilité d’aller pêcher au large. Les Israéliens restreignent l’accès pour des raisons de sécurité. Et quiconque s’approche des limites autorisées, a le droit aux coups de semonce de la marine israélienne.

    L'accord de cessez-le-feu prévoit l'extension progressive de la zone de pêche. Les pêcheurs sont autorisés pour le moment à pêcher jusqu'à 6 milles de la terre. AFP PHOTO / MOHAMMED ABED


    ■ Une priorité parmi toutes : rouvrir les écoles

    Après 50 jours d'une guerre particulièrement violente et destructrice, le bilan est lourd : plus de 2 100 morts côté palestinien. L'unique centrale électrique est à l'arrêt. Des maisons, des hôpitaux et des écoles ont été détruits. La rentrée des classes devaient avoir lieu dimanche dernier ; elle se tiendra finalement un peu plus tard. Car il y a beaucoup de choses à faire avant de pouvoir accueillir les enfants, comme l'explique sur nos antennes Salvatore Lombardo, porte-parole l'office de secours et de travaux des Nations unies, l'UNRWA.

    Nous allons identifier à peu près une centaine d'écoles pouvant être rouvertes, sur une totalité de 150 écoles
    Salvatore Lombardo, porte-parole à Jérusalem de l'UNRWA 29/08/2014 - par RFI Écouter

    → À (RE)LIRE : A Gaza, le difficile chantier de la reconstruction

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.