GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 30 Juillet
Dimanche 31 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Irak: le siège d'Amerli a été brisé par les forces irakiennes

    media Combattants peshmergas en Irak. Ceux-ci ont participé au sauvetage des habitants d'Amerli. REUTERS/Youssef Boudlal

    Le siège jihadiste de la ville d'Amerli a été brisé par les forces irakiennes. L'annonce vient d'être faite par l'armée. La ville chiite turcomane étaient encerclée depuis plus de deux mois par les jihadistes de l'Etat islamique, faisant craindre un massacre de la population. C'est le résultat d'une opération conjointe de grande ampleur, menée par l'armée irakienne, les milices chiites, les combattants peshmergas kurdes et le soutien aérien américain.

    Les frappes aériennes américaines initiées hier ont sans doute été décisives pour permettre aux troupes au sol d'avancer vers Amerli et lever enfin le siège sur la ville. En même temps que l'aviation américaine bombardait les positions jihadistes, une offensive terrestre conjointe était lancée avec l'armée irakienne par le Sud, les miliciens chiites par le Nord et les Kurdes par l'Est.

    « Nos forces sont entrées dans Amerli et ont brisé le siège » a déclaré tout à l'heure le général Qassem Atta, le porte-parole des services de sécurité irakien. Les 15 000 habitants d'Amerli, en majorité des turkmènes chiites peuvent enfin souffller. Car cela faisait déjà deux mois qu'ils étaient assiégés par les jihadistes, craignant plus que tout un massacre.

    Crainte d'un massacre

    Une crainte qui avait été relayée par l'ONU cette semaine. La communauté internationale redoutait de voir se rejouer le scénario de Sinjar, cette ville au nord de l'Irak prise par les jihadistes début août, entraînant une crise humanitaire avec la fuite de la minorité yézidie.

    Pour empêcher une nouvelle catastrophe humanitaire, les Etats-unis, la France, l'Australie et la Grande-Bretagne avaient largué par avion, hier, de l'eau et des milliers de repas à destination de la population d'Amerli.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.