GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Hong Kong: les manifestants cernés dans le campus doivent se rendre (cheffe de l'exécutif)
    • La Chine dit être la seule à pouvoir statuer sur la Constitution de Hong Kong (porte-parole du Parlement)
    Moyen-Orient

    Affaire Mourad Farès: les filières du jihad passent par Internet

    media Le Français Mourad Farès appartiendrait au groupe jihadiste Jabat al-Nosra ici à Deir Ezzor, le 5 février 2014. REUTERS/Khalil Ashawi

    Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve le présente comme l'un des principaux recruteurs des jihadistes francais en Syrie. Le Français Mourad Farès, 30 ans, originaire de Thonon-les-Bains en Haute-Savoie a été arrêté à la mi-août en Turquie puis remis dans la nuit de mercredi à jeudi aux autorités françaises. Mourad Farès est soupçonné d'avoir été un propagandiste du jihad en Syrie et d'avoir oeuvré au recrutement de Français. Comment fonctionnent ces filières et comment lutter contre elles ? Eclairages.

    Le recrutement de jihadistes francais commence le plus souvent sur internet par des vidéos faites par des jihadistes, soit en France, soit en Syrie, en français, destinées à sensibiliser les jeunes pour les inciter à partir en Syrie. Le recrutement se fait aussi via Facebook et c’est ainsi que procède Mourad Farès. Dans son cas, il s'agit davantage d’un facilitateur que d’un recruteur puisque il s’adresse à des candidats à l’émigration. Les facilitateurs ont pour rôle d'expliquer comment rejoindre les groupes dans le pays de destination, et une fois sur place, de faciliter leur intégration. Tout cela par le biais de quelques chats sur facebook

    L'arrestation de Mourad Farès peut-elle avoir un effet sur les jihadistes en Syrie ?

    Mourad Farès combattait au sein de Jabat al-Nosra, branche rivale de l’Etat islamique. Il est donc possible que son arrestation ait un effet sur les jeunes de Jabat al-Nosra, un effet peut-être démobilisateur. Mais son arrestation devrait avoir un effet inverse sur l’Etat islamique. Elle galvanisera davantage ces jeunes avec ce message : regardez ce Mourad Farès, il a fini en prison, ça montre bien qu’il n’était pas sur la juste voie sur laquelle nous Etat islamique nous sommes au contraire.

    Plusieurs dizaines de Français sont déjà rentrés de Syrie. Reviennent-ils déçus de leur expérience ?

    Dans quasi-totalité des cas, les jeunes qui reviennent sont déçus : ils ont découvert en Syrie une réalité qui n’était pas celle qu’ils espéraient, qu’ils attendaient avec les vidéos qu'ils avaient vues sur internet. Ils découvrent notamment qu’il y a des combats entre jihadistes. Il y a ainsi des Français qui ont refusé de se livrer à ces combats entre jihadistes, voire contre d’autres jihadistes français. Certains sont rentrés pour cette raison là : on se souvient du cas des jeunes Strasbourgeois, rentrés à la mi-mai. Ils étaient partis ensemble à une quinzaine et sept sont revenus. Mourad Farès est précisément accusé d’avoir facilité la venue de ces jeunes. La déception, le traumatisme, c’est ce qui pousse ces jeunes déçus du jihad à rentrer en France où ils finissent quasiment dans tous les cas en prison.

    Plusieurs pays comme l'Arabie saoudite ou la Grande-Bretagne ont lancé des programmes de « déradicalisation » et de prévention. Est-ce que cela fonctionne ?

    Ce sont deux cas différents. L’Arabie saoudite pratique la prévention par la religion en expliquant que seul l’Etat saoudien a le droit d’appeler et d’envoyer au jihad. Le Royaume-Uni s’appuie lui sur les communautés pakistanaises avec les repentis du jihad qui expliquent qu’on ne trouve pas dans le pays de destination ce que l’on est parti chercher. Dans les deux cas cela n’a pas fonctionné puisque beaucoup de Saoudiens qui sont passés dans ces centres de déradicalisation sont aujourd’hui en Syrie. Et le Royaume-Uni fournit le deuxième contingent de jihadistes européens. Des programmes peu efficients donc.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.