GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 29 Novembre
Mercredi 30 Novembre
Jeudi 1 Décembre
Vendredi 2 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Libération sous caution de l'opposant et blogueur égyptien Alaa Abdel Fattah

    media Alaa Abdel Fattah est devenu une figure de la révolte populaire de 2011( ici lors d'une interview le 26 décembre 2011). AFP PHOTO / Filippo MONTEFORTE

    La cour d’assises du Caire a ordonné la libération sous caution de l’activiste et blogueur Alaa Abdel Fattah accusé de violation de la loi règlementant les manifestations en novembre. Alaa Abdel Fatta avait été condamné par contumace à quinze années de prison et avait entamé une grève de la faim il y a un mois. Le tribunal a aussi décidé de se dessaisir de l’affaire.

    Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

    Le procès de Alaa Abdel Fattah était devenu un sujet d’embarras pour le président Abdel Fattah al-Sissi depuis son arrivée au pouvoir il y a trois mois. Alaa, de son nom de blogueur, était en effet une figure de proue du soulèvement contre l’ex-président Moubarak. Il avait aussi été emprisonné sous le pouvoir du Conseil suprême des forces armées pour agression contre des militaires. Le procès s’était terminé par un non-lieu. L’activiste avait aussi participé aux manifestations monstres qui ont abouti à la destitution du président issu des Frères musulmans Mohamed Morsi en juillet.

    Mais l’adoption d’une loi limitant les manifestations en novembre a poussé, à nouveau, Alaa dans la rue. Condamné par contumace à 15 années de prison, Alaa a été rejugé après son arrestation. Sa libération est due à sa grève de la faim, aux pressions internationales et aux divergences entre la cour et le parquet. Une cour qui a décidé de se dessaisir de l’affaire pour protester contre le parquet, qui, selon elle, avait porté atteinte au principe de droit à la vie privée. Lors de la dernière séance le parquet avait en effet diffusé une vidéo de l’épouse d'Alaa dansant dans une soirée privée.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.