GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Coalition anti-EI: quel rôle pour l'Arabie Saoudite ?

    media Lancement d'une roquette ASTROS-II SS-30 par l'armée saoudienne (entraînement). Commons

    Coalition anti-EI, 10 pays se sont engagés dont l’Arabie Saoudite, chef de file. C’est parce que le pays se sent plus que jamais menacé que les autorités saoudiennes ne ménagent ni leur temps ni leur énergie sur la scène de la diplomatie ces dernières semaines. Riyad entend peser de tout son poids et de toute son influence pour jouer un rôle dans cette coalition. Le roi Abdallah l’a dit au président Obama au téléphone avant la réunion de Jeddah, «l’Arabie Saoudite est prête à accueillir un camp d’entraînement militaire pour les rebelles syriens». Compte tenu de ses forces armées saoudiennes, le royaume pourrait jouer un rôle militaire encore plus important.

    Avec notre correspondante à Riyad, Clarence Rodriguez

    Outre ses six bases aériennes stratégiquement implantées aux quatre coins du pays, forte d’une armée de plus de 200 000 hommes, et des équipements ultrasophistiqués, l’Arabie Saoudite dispose de forces armées et d’une garde nationale opérationnelles et dissuasives.

    Avec un budget de plus de 60 milliards de dollars, le royaume saoudien occupe la 4e place mondiale derrière la Russie. Un rôle certes militaire mais aussi diplomatique. Ces derniers mois, ces dernières semaines, on l’a vu, Riyad n’a pas ménagé sa peine. Un jour à Doha pour tenter un rapprochement avec le Qatar accusé de soutenir les Frères musulmans et financer des groupes islamistes, un autre jour à Paris puis avec le vice-ministre iranien des Affaires étrangères.

    Bref, le royaume wahhabite « Terre de l’islam » et dont la légitimité est menacée par l’Etat islamique, se présente désormais comme le pilier incontournable de cette coalition anti-EI. Une façon aussi de retrouver son hégémonie régionale quelque peu perdue lors des printemps arabes, et prouver à l’Iran chiite que l’Arabie Saoudite demeure le « gendarme du Golfe ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.