GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Les Egyptiens ont massivement acheté les bons du canal de Suez

    media L'USS «America» traverse le canal de Suez en 1981. wikipedia

    La Banque centrale égyptienne a mis fin lundi à la vente de bons du canal de Suez destinés à financer les travaux d’élargissement et d’approfondissement de la voie d’eau internationale. Au départ, la vente réservée aux seuls Egyptiens devait rapporter l’équivalent de 4 milliards d’euros en 30 jours ouvrables. Elle en a récolté plus de six milliards en huit jours du fait de la ruée des Egyptiens.

    Avec notre correspondant au Caire,Alexandre Buccianti

    Le premier surpris est Hicham Ramez, le gouverneur de la Banque centrale, qui a patronné l’opération. Le taux d’intérêt de 12% annuels sur les bons récupérables dans cinq ans n’était que légèrement supérieur aux 11% des comptes bancaires bloqués sur la même période.

    Souvenir

    Mais c’était sans compter sur l’élan de patriotisme populaire qui s’est emparé des Egyptiens. Le sentiment de participer au percement « du second canal de Suez », le nom donné par les promoteurs du projet, a eu un effet magique. Depuis leur enfance les Egyptiens ont été bercés dans le souvenir des milliers de leurs ancêtres morts dans le percement du premier canal qui a fini entre les mains des Anglais.

    Simples citoyens

    Acheter les bons du canal, c’était comme nationaliser une nouvelle fois la voie d’eau. Les queues devants les banques et les bureaux de poste n’ont pas désempli puisque 85% des bons ont été achetés par de simples citoyens. Aujourd’hui, les Egyptiens, dont le salaire minimum est de 120 euros, n’attendent qu’une chose : le lancement d’un nouveau projet pharaonique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.