GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Juin
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Aujourd'hui
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Libye: Benghazi sous le choc après une série d'assassinats

    media Enterrement des deux jeunes hommes tués, Sami el-Kawafi et Tawfik Bensaud, le 20 septembre 2014. AFP PHOTO / ABDULLAH DOMA

    Une dizaine de personnes ont été assassinées ce week-end à Benghazi, parmi elles, des militaires, des civils, mais aussi deux très jeunes activistes. Ces assassinats ont choqué et plongé encore un peu plus Benghazi dans le chaos et la violence.

    Ils avaient seulement 17 et 18 ans. Comme les activistes assassinés avant eux, Sami el-Kawafi et Tawfik Bensaud étaient connus pour leur engagement. Huit autres personnes, parmi elles cinq militaires et trois civils, auraient également été tuées ce week-end à Benghazi. Comme pour tous les autres assassinats qui frappent la grande ville de l’Est libyen depuis juillet 2011, il n’y a eu aucune revendication.

    Si les groupes jihadistes ou certaines milices islamistes sont souvent pointés du doigt, des règlements de compte ne sont pas à exclure. Cette série d’assassinats incessants s’est accélérée avec le temps. Après avoir longtemps visé principalement des membres de l’appareil sécuritaire et judiciaire, les activistes sont désormais ciblés.

    Les réseaux sociaux se sont fait l’écho du choc provoqué par l’assassinat de deux hommes si jeunes. Une activiste s’attristait par exemple de voir son pays « devenir de plus en plus méconnaissable […] Nos rêves sont devenus des cauchemars. »

    Le général Haftar, à la tête de l’Opération Dignité, avait promis en mai qu’au bout de quatre mois, il aurait débarrassé Benghazi des groupes extrémistes et que la ville aurait retrouvé le calme. Quatre mois plus tard, Benghazi est toujours plongée dans la violence.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.