GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • EuroVolley 2019: l'équipe de France domine la Finlande trois sets à zéro (25-16, 25-23, 25-21) et se qualifie pour les quarts de finale
    Moyen-Orient

    Yémen: accord pour la paix signé en présence de l'émissaire de l'ONU

    media Les rebelles chiites combattent l'armée yéménite à Sanaa, le 21 septembre 2014. REUTERS/Khaled Abdullah

    Au Yémen, alors que les Nations unies annonçaient samedi soir la mise en place d’un accord entre le gouvernement et les rebelles chiites houthis pour mettre fin au conflit meurtrier les opposant, la situation s’est fortement détériorée ce dimanche 21 septembre. Un accord pour la paix a finalement été signé en début de soirée, en présence de l'émissaire de l'ONU.

    Un accord pour la paix au Yémen, parrainé par l'ONU, a été signé ce dimanche soir à Sanaa en présence du président Abd Rabbo Mansour Hadi et de représentants des factions politiques, dont la rébellion chiite d'Ansaruallah, a annoncé l'agence officielle Saba. « L'accord pour la paix et un partenariat national », conclu en présence de l'émissaire de l'ONU Jamal Benomar, est fondé « sur les résultats de la conférence du dialogue national » qui, au terme de ses travaux en janvier, avait retenu le principe d'un Etat fédéral pour le Yémen, a ajouté l'agence.

    Plus tôt dans la journée, les affrontements menés dans la capitale avaient permis aux rebelles de prendre des lieux stratégiques, notamment le siège du gouvernement. De plus, le Premier ministre Mohamed Basindawa a donné sa démission ce dimanche après-midi, en signe de protestation contre le président Abd Rabbo Mansour Hadi, que Mohamed Basindawa accuse de « monopoliser le pouvoir ». Les rebelles chiites houthis affrontent l’armée et les islamistes sunnites d'al-Islah car ils souhaitent justement être associés au pouvoir.

    La démission du Premier ministre Mohamed Basindawa est en quelque sorte un appui aux revendications de ces rebelles houthis. Juste avant que l’on apprenne cette démission, les rebelles chiites sont parvenus à prendre le siège du gouvernement, ainsi que le siège de la radio d’Etat, à Sanaa, la capitale yéménite, selon divers hauts responsables.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.