GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Egypte: deux activistes, une manifestante et un blogueur, libérés

    media Une manifestation, en Egypte, pour réclamer le départ du président Moubarak à laquelle avait participé Mahienour al Masry, égérie des soulèvements, libérée ce dimanche, après avoir été emprisonnée 4 mois pour violation de la loi sur les manifestations. REUTERS/Suhaib Salem

    En Egypte, l’activiste Mahienour al-Masry emprisonnée depuis quatre mois pour violation de la loi sur les manifestations a été libérée dimanche. Mahienour avait été condamnée à deux années de prison avant que la peine ne soit réduite à six mois en appel. Cette peine a été suspendue dimanche par la cour correctionnelle d’Alexandrie en attendant le résultat du pourvoi en cassation.

    « La révolution n’est pas terminée et le peuple est toujours révolté. » Ce sont les premiers mots de Mahienour al-Masry à sa sortie du commissariat de Mancheya à Alexandrie. L’activiste égyptienne considérée comme une égérie des soulèvements populaires contre les ex-présidents Moubarak et Morsi s’était insurgée, comme beaucoup de révolutionnaires, contre la loi dite « de règlementation des manifestations », une loi liberticide selon eux.

    Prévenir les critiques contre les violations des droits de l’homme

    Un autre activiste, le blogueur Alaa Abdel Fattah emprisonné pour les mêmes raisons, avait été libéré la semaine dernière. Alaa et Mahienour qui avaient tous deux entamé une grève de la faim en prison sont nominés pour des prix internationaux de défense des libertés.

    Les observateurs notent que ces libérations interviennent avant l’arrivée à New York du président Abdel Fattah al-Sissi pour participer à l’Assemblée générale de l’ONU. Une manière de prévenir les critiques contre les violations des droits de l’homme dont est accusé le régime égyptien, estiment ces observateurs.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.