GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 19 Décembre
Jeudi 20 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Foot/Angleterre: José Mourinho limogé par Manchester United (club)
    Moyen-Orient

    Turquie: les Kurdes de Syrie séparés de leur famille

    media A la frontière entre la Turquie et la Syrie, dans la province de Sanliurfa, où attendent des réfugiés kurdes, chassés de Syrie par l'avancée des troupes jihadistes de l'organisation EI. AFP/Bulent Kilic

    Depuis ce matin, le rythme des arrivées semble s’être ralenti au principal point d’entrée des réfugiés kurdes syriens, face à la grande ville syrienne de Kobane. Des familles attendent malgré tout en divers autres points de passage le long de la frontière avec la Turquie, ouverts auparavant, mais bizarrement fermés lundi à la mi-journée, «pour une meilleure organisation», dit le vice-Premier ministre turc Numan Kurtulmush.

    Avec notre envoyé spécial à la frontière syro-turque, Jérôme Bastion

    En divers points de passage, le long de la frontière turco-syrienne, des autobus attendent les réfugiés kurdes syriens pour les acheminer, après que les militaires ont enregistré leurs identités, vers des camps de toile que le gouvernement turc monte à la hâte plus à l’intérieur des terres.

    Problème : ces Kurdes de Syrie refusent souvent d’être hébergés dans ces tentes du Croissant rouge, ils préfèrent rester dans les villages, aux domiciles des populations kurdes locales, leurs cousins, de la famille le plus souvent.

    Les jihadistes seraient à six kilomètres de Kobane, en Syrie

    D’où des heurts depuis hier, dimanche, là où les arrivées sont les plus nombreuses, et où la police a dû intervenir pour séparer les nouveaux arrivants de Syrie des Kurdes du crû. Le flux des arrivées a quelque peu ralenti, mais il pourrait reprendre à mesure que les islamistes se rapprochent des centres urbains ; or, en plusieurs points de la frontière ce lundi matin, leur drapeau noir est visible jusque derrière le no man’s land.

    Les jihadistes seraient notamment à six kilomètres à peine de Kobane, ce qui fait craindre de nouvelles arrivées en masse. Et là, ce sera difficile à gérer pour Ankara, qui dit se préparer à accepter 200 000 personnes de plus, mais aura du mal à faire face aux besoins de première nécessité, à commencer par les tentes qui ne peuvent recevoir que quelque 20 000 personnes pour l’instant.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.