GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    La lutte contre les mouvements jihadistes s'impose à l'agenda de l'ONU

    media Combattants de l'organisation Etat islamique devant une camionette contenant des pièces d'un drone américain qui s'est écrasé à Raqqa le 23 septembre 2014. AFP PHOTO/RMC/STR

    Les Etats-Unis, qui bombardent des sites de l'organisation de l'Etat islamique en Irak depuis le début du mois d'août, ont étendu leur action au territoire syrien. Des positions de l'EI notamment la ville stratégique de Raqqa, mais aussi du Front al-Nosra, branche syrienne d'al-Qaïda, ont été ciblées par des tirs américains et les forces arabes engagées dans la coalition. Cette intervention militaire va sans doute occuper une large partie des débats ce mardi à New York où s'ouvre l'assemblée générale des Nations unies.

    L'agenda des Nations unies annonce une grande conférence internationale sur le climat mais les diplomates seront sans doute plus accaparés par l'intervention militaire en Syrie. L'intervention n'a pas été validée par le Conseil de sécurité et deux de ses membres, la Chine et la Russie, risquent fort de juger l'opération illégale et inopportune. Pékin et Moscou ont opposé à quatre reprises leurs vétos pour bloquer des initiatives jugées défavorables à la Syrie.

    Réserves russes

    Les Russes ont déjà prévenu il y a quelques jours qu’ils considéreraient toute attaque menée en Syrie comme une violation du droit international. Lors d’une conversation téléphonique avec le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, cette nuit, le président russe a réaffirmé la nécessité d’un accord du gouvernement syrien comme préalable à toute frappe étrangère.

    De même l’Iran, avec qui les Américains ont établi une forme de coopération dans la lutte contre les jihadistes en Irak, risque aussi de réagir vertement. Téhéran est un proche allié de Damas or le régime syrien a fait savoir au début du mois qu’il considèrerait toute intervention sur son sol comme une agression. Le président français doit rencontrer son homologue iranien aujourd’hui à New York. Les frappes internationales contre les mouvements jihadistes seront probablement au coeur de leur entretien.

    Le chapitre 7 de la Charte des Nations unies

    Côté français, le chef de la diplomatie, Laurent Fabius à deux reprises hier lundi à New York, et comme pour parer en amont les interrogations à ce sujet, a assuré qu’une base légale existait pour mener ces attaques. Laurent Fabius a ainsi cité l’article 51 de la charte des Nations unies qui donne le droit à une intervention en cas de légitime défense. Des diplomates évoquent aussi la résolution 2170 votée au mois d’août, qui réclame le désarmement et la dissolution immédiate de l’organisation Etat Islamique. Ce texte a été placé sous le chapitre 7 de la charte des Nations unies qui permet de recourir à des sanctions voire à la force pour son application.

    Barack Obama devra profiter de la tribune que lui offrent les Nations unies pour convaincre le monde et les Américains, de la légitimité de ces opérations, en particulier ce mercredi puisque le président américain organise une réunion du Conseil de sécurité sur le terrorisme. Treize chefs d'Etat et deux ministres doivent y participer.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.