GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 30 Juillet
Dimanche 31 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    La décision de la justice française de libérer l'un des deux auteurs du meurtre d'un prêtre en l'assignant à résidence sous bracelet électronique est un «échec, il faut le reconnaître», estime le chef du gouvernement dans une interview au «Monde». «Cela doit conduire les magistrats à avoir une approche différente, dossier par dossier, compte tenu des pratiques de dissimulation très poussées des jihadistes». Manuel Valls ne veut pas cependant tomber «dans la facilité de rendre ces juges responsables de cet acte de terrorisme». Par ailleurs, il envisage d'interdire le financement des mosquées par l'étranger.

    Moyen-Orient

    Khorassan, l’autre cible des États-Unis en Syrie

    media Un missile Tomahawk, tiré du croiseur USS Philippine Sea, près du porte-avions «USS George H.W. Bush» dans le golfe Persique, le 23 septembre 2014. REUTERS/Mass Communication Specialist 1st Class Eric Garst/U.S.

    Selon le Pentagone, les premières frappes américaines sur le territoire syrien ont visé des cibles de l'organisation de l'État islamique ont été visées, mais également un groupe affilié à al-Qaïda, baptisé Khorassan. Les autorités américaines affirment que ce groupe s'apprêtait à lancer des attaques « majeures » contre des cibles occidentales.

    Le directeur du renseignement américain, James Clapper, a été le premier, il y a quelques jours à confirmer officiellement l'existence de ce mystérieux groupe jihadiste. Aux yeux des États-Unis, il serait encore plus dangereux pour les intérêts occidentaux que l'organisation de l'État islamique.

    Selon des informations qui proviennent pour l'essentiel des services de renseignement américains, le groupe serait formé d'anciens dirigeants d'al-Qaïda, des vétérans du jihadisme international qui aurait profité de la guerre civile en Syrie pour trouver un nouveau refuge et surtout un nouveau lieu de recrutement.

    Toujours selon ces informations, le groupe Khorassan aurait eu pour ambition de recruter en Syrie des ressortissants européens et américains venus se battre contre le régime de Bachar el-Assad. Des ressortissants susceptibles de retourner dans leurs pays d'origine et d'y mener des attentats. À l'inverse de l'organisation de l'État islamique qui concentre ses efforts sur la Syrie et l'Irak, le groupe Khorassan aurait, en effet, pour ambition majeure de semer la terreur en Europe et aux États-Unis.

    En lançant des frappes aériennes sur le territoire syrien, les États-Unis ont donc voulu à la fois contenir la menace que représente l'organisation de l'État islamique, mais aussi affaiblir un groupe qui était sur le point, affirme Washington, de lancer des attaques majeures contre des cibles occidentales.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.